6ème

 

 

Agathias le Scholastique: Avocat, poète et historien byzantin - Mundus ou Mundo: Général byzantin de la première moitié du 6ème siècle - Jean dit Mystacon ou le moustachu : Général byzantin de 580 à 590 environ - Amalaberge ou Amalaberga : Reine des Thuringes de 507/511 à 532/533 - Basin de Thuringe dit Bessin - Cleph ou Clephi : Roi des Lombards d'Italie de 572 à 574 - Félix IV : 54ème  pape de 526 à sa mort en 530 - Dioscore (antipape) : Diacre d'Alexandrie-Antipape pendant quelques semaines - Théodose (fils de Maurice) (583/585-602) -Gildas le Sage : Ecclésiastique - Évagre le Scolastique : Historien de langue grecque - Ferréol d'Uzès dit Saint Ferréol : 5ème évêque d’Uzès de 553 à 581 - Timothée IV d'Alexandrie : Patriarche d'Alexandrie de 517 à 535 - Julien d'Halicarnasse : Évêque d'Halicarnasse - Paul 1er d'Alexandrie : Patriarche d'Alexandrie de 537 à 539 - Serge de Tella : 34ème patriarche d'Antioche selon le décompte de l'Église jacobite de 557 à sa mort - Flavien II d'Antioche : Patriarche d'Antioche de 498 à l'automne 512 - Élie 1er de Jérusalem : Patriarche de Jérusalem de 494 à 516 - Timothée 1er de Constantinople : Patriarche de Constantinople d'octobre 511 à sa mort - Paul de Callinicum : Évêque de Callinicum en Syrie jusqu'à sa déposition en 518 - Jean Moschus : Moine syrien de l'époque byzantine et auteur d'écrits spirituels - Chorikios de Gaza : Rhéteur grec du 6ème siècle - Zamasp ou Jāmāsp : Roi sassanide ayant régné de 497 à 499 - Wisand ou Visand : Roi des Hérules de la première moitié du 6ème siècle - Sinduald : Souverain barbare d'Italie du Nord - Peranius d'Ibérie : Prince d'Ibérie-Commandant militaire romain - Thrasamund : Quatrième roi des Vandales d'Afrique de 496 à 523 - Hoamer dit l'Achille des Vandales : Prince vandale Hasding - Amalafrida ou Amalfrède : Reine des Vandales et des Alains d'Afrique - Dorothée de Gaza ou Dorothée l'Archimandrite : Moine en Palestine vers 560 - AEthelfrith de Northumbrie ou Ethelfrith : Roi de Bernicie de 592 environ à sa mort vers 616 - Amr III ibn al-Mundhir : Roi des Lakhmides de 554 à 569 - Qabus ibn al-Mundhir : Roi des Lakhmides de 569 à 573 - Aelle de Deira : Roi de Deira - Bessas (général) : Général de l'Empire romain d'Orient - Hesperius : Évêque de Metz de 525 à 542 - Airy de Verdun ou saint Airy ou Agéric : 10ème  évêque de Verdun - Tzazo - Jabalah IV ibn al-Harith ou kunya Abu Shamir : Roi ghassanide - Jean Malalas : Fonctionnaire dans l’administration impériale - Asclépios de Tralles : Philosophe éclectique du 6ème siècle - Olympiodore le Jeune ou Olympiodore d'Alexandrie le Jeune : Philosophe alexandrin néoplatonicien-Astrologue - Simplicius ou Simplice (philosophe) : Philosophe néoplatonicien grec du 6ème siècle - Théodechilde (fille de Thierry 1er) - Hildegis ou Hildechis : Prince lombard - Kardarigan : Général sassanide - Philippicos (général) : Général byzantin - Jean III Scholastique - Jean de Tella ou Jean bar Qursos : Évêque de Tella de 519 à 521 - Sui Wendi ou Yáng Jian : Empereur et fondateur de la dynastie Sui de 581 à 604 - Sui Yangdi : Empereur chinois de la dynastie Sui - Waldelène : Duc Franc - Aelia Flavia - Jordanès ou Jornandès : Historien de langue latine du 6ème siècle - Cours (général) : Général byzantin du 6ème siècle - Ménandre le Protecteur ou Ménandre le Byzantin : Historien de langue grecque - Metrodorus (grammairien) : Grammairien et mathématicien grec - Anthémius de Tralles : Mathématicien, ingénieur et architecte byzantin - Paul le Silentiaire : Chambellan - Laudulphe d'Évreux dit Saint Laudulphe : Évêque d'Évreux à la fin du 6ème siècle - Constantina (impératrice) - Jean 1er (pape) dit Saint Jean 1er : 53ème évêque de Rome-Pape de l'Église catholique - Samson de Dol dit Saint Samson de Dol - Pol Aurélien ou Pol de Léon : Saint breton-Premier évêque de la ville de Saint-Pol-de-Léon et du pays du Léon au 6ème siècle - Jean d'Épiphanie : Historien de langue grecque de la fin du 6ème siècle - Owain Ddantgwyn dit Owain aux Dents Blanches : Roi de Rhôs - David de Ménevie : saint patron du Pays de Galles - Ainmere mac Sétnai : Ard ri Érenn de 566 à 569 - Creoda ou Crida : Premier roi de Mercie de 585 à 593 - Sapaudus : Archevêque d'Arles de 552 à 586 - Firmin d'Uzès ou Saint Firmin : Quatrième évêque d'Uzès de 538 à 553 - Macédonius II ou Makedonios II : Patriarche de Constantinople de juillet 496 à août 511 - Babaï le Grand : Moine, théologien et médecin - Jean de Césarée : Un des premiers représentants de l'orthodoxie néo-chalcédonienne - Ida de Bernicie : Roi de Bernicie de 547 environ à sa mort - Clotilde (fille de Clovis) dite Clotilde la Jeune ou Chrothilda - Phazas d'Iberia : Prince du Royaume d'Iberia - Vardan III Mamikonian - Evagès ou Hoageis : Prince vandale - Azarethes : Commandant militaire persan sassanide - Cabaon : Chef berbère de Tripolitaine au début du 6ème siècle - Ammatas - Laud de Coutances dit Saint Laud ou Lô : évêque du diocèse de Coutances au 6ème siècle - Barsanuphe de Gaza : Moine du 6ème siècle de la région de Gaza en Palestine - Dosithée de Gaza : Moine ayant vécu au Proche-Orient et en Palestine - Mejēj 1er Gnouni ou Mezezios Gnouni : Marzban d'Arménie de 518 à 548 - Damien d'Alexandrie ou Damien le Syrien : Trente-cinquième patriarche d'Alexandrie de 578 au 12 juin 607 -

Dagisthée /Général byzantin actif sous Justinien, au 6ème siècle - Áedán mac Gabráin : Roi de Dál Riata de 574 à 608 - AEthelric (roi de Bernicie) : Quatrième roi de Bernicie de 568 à 572 - Hussa : Septième roi de Bernicie de 585 à 592/593 - Georges de Pisidie : Poète de langue grecque - Abraha dit Abraha l'abyssin ou Abraha al-Achram : Général Abyssin qui a conquis l'Arabie du Sud -

 

 

Al-Mundhir III ibn al-Nu'man ou Al-Mundhir ibn Imri' al-Qays (mort en 554)

roi des Lakhmides de 503/505 à 554

 

Le nom de sa mère est Marie bint Awf bin Geshem. Il est le fils d'al-Nu'man II ibn al-Aswad auquel il succède soit après sa mort en 503, soit après un court interrègne de Abu Ya'fur ibn Alqama. Il est l'un des plus célèbres rois des Lakhmides*, connu pour ses exploits militaires, intervenus pour certains d'entre eux avant son arrivée au pouvoir. Ainsi, en 503, il mène un raid dans les provinces romaines d'Arabie Pétrée* et de Palestine Salutaris*, capturant un grand nombre de prisonniers. La zone des raids d'al-Mundhir couvrir la région entre l'Euphrate* à l'est, l'Égypte à l'ouest et le Nejd* au sud. C'est dans cette dernière région qu'une bataille a lieu contre Maadi Karb, le roi d'Himyar*, en 516.

 

En 526, la guerre d'Ibérie* éclate entre l'Empire byzantin et les Sassanides*, dont les Lakhmides sont les alliés. Par conséquent, al-Mundhir lance un raid destructeur contre la Syrie, dans lequel deux importants généraux byzantins sont capturés, Timostratus et Jean. Justinien réagit en envoyant une ambassade conduite par Abramius le père de Nonnosos et Siméon de Beth Arsham, pour lui proposer la paix. Ces derniers sont rejoints par Serge de Rasafa. Cette ambassade échoue et Al-Mundhir récidive en 528, s'emparant d'un large butin.

 

Ces raids sont aussi une réaction au soutien apporté par les Byzantins à son rival Aréthas le Kindite qui s'est brièvement emparé d'Al-Hira*, la capitale du royaume des Lakhmides. En 529, il renouvelle ses attaques, s'emparant de la région frontalière. Par la suite, il se dirige vers Nisibe* et Arzona*, qu'il pille et ravage, avant de poursuivre vers Apamée*. Toutefois, il doit renoncer à s'emparer d'Antioche*, protégée par une grande armée byzantine. Il se replie sur son territoire avec un important butin et 400 religieuses qu'il fait brûler en l'honneur de la déesse Uzza, selon un témoignage cité par Zacharie le Rhéteur. Il est alors poursuivi par un autre personnage du nom d'Aréthas (Al-Harith V ibn Jabalah), bientôt reconnu roi fédéré des Arabes romains dans la région allant de Palmyre* à la mer Morte*.

 

Après la signature de la paix éternelle entre Justinien et Chosroès 1er en 532, Al-Mundhir n'en continue pas moins ses raids sur les terres frontalières contre l'Empire byzantin, alors même que ce dernier lui verse une pension de 7 200 sous annuels dans le cadre du traité de paix.

 

Al-Mundhir est de nouveau au centre de la rivalité byzantino-perse à l'occasion de la guerre lazique*. En effet, peu avant celle-ci, les Byzantins tentent d'arbitrer un conflit entre les Ghassanides*, pro-byzantins et les Lakhmides, pro-perses, tout en offrant de l'argent à ces derniers pour qu'ils se détournent des Perses.

 

Ceux-ci en tirent un prétexte pour reprendre les hostilités. Lors de cette guerre, Al-Mundhir joue de nouveau le rôle de supplétif auprès de Chosroès. Il accompagne la campagne perse du printemps 542 qui assiège Sergiopolis* sans résultats.

 

Al-Mundhir est tué en juin 554, lors de la bataille de Yawm Halima* contre les Ghassanides, cette opposition se plaçant dans le cadre de la lutte pour la suprématie régionale entre les Byzantins et les Perses. Ses trois fils lui succèdent successivement

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Pierre Maraval, Justinien, Le rêve d'un empire chrétien universel, Paris, Tallandier, 2016 (ISBN 9791021016422)

 

Sunna (évêque)

Évêque arien de Merida entre 582 et 587/589

 

D'origine wisigothe*, il est nommé évêque par le roi wisigoth Léovigild en 582.

 

En 586, Léovigild décède et son fils Récarède 1er lui succède, abjurant l'arianisme* pour le catholicisme trinitaire* en 587, officiellement en 589. Sunna prend dès lors part à la conspiration de la noblesse arienne* contre Récarède, soutenant Wittéric et ses partisans.

 

Après la victoire de Récarède, Sunna est expulsé. Une offre lui est faite de pouvoir revenir en tant qu'évêque s'il se convertit au catholicisme trinitaire. Sunna refuse de renier sa foi et part en exil en Maurétanie* propager l'arianisme chez les Berbères*. Sunna meurt vers 600, probablement de mort violente.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sunna (évêque)/ Portail de l’Espagne/ Catégories : Évêque arien/ Évêque du VIe siècle/ Évêque de l'Espagne wisigothique

 

Eustathe d’Épiphanie (vers 455-518/527)

Historien byzantin

 

Originaire de Syrie. Son œuvre principale, l’Épitomé chronologique, est aujourd’hui disparue mais peut être reconstituée à partir des passages recopiés par Jean d’Antioche et imités par Jean Malalas. Faisant œuvre de pionnier, Eustathe y relate à partir de nombreuses sources l’histoire du monde de la création jusqu’à la chute d’Amida en 503, année où le dernier livre prend brusquement fin.

 

Il est possible qu’Eustathe n’ait pu terminer le dernier livre, étant probablement décédé des suites du grand tremblement de terre ou des incendies qui ravagèrent Antioche en 526.

 

Outre Jean d’Antioche qui l’a repris presque textuellement et Jean Malalas qui l’a imité, Eustathe a servi de source à plusieurs historiens subséquents comme Procope de Césarée et Hésychios de Milet.

 

Eustathe naquit dans la petite ville d’Épiphanie* (aujourd’hui Hama) en Syrie vers 455. L’éducation manifestement soignée qu’il reçut donne à croire qu’il venait d’une famille aisée. Après avoir fait ses études secondaires en littérature et grammaire grecque dans sa ville d’origine, il continua ses études probablement à Antioche* vers 470. Toutefois, ni les autres auteurs de l’époque ni son œuvre ne renseignent sur sa profession ; tout porte à croire qu’il devint fonctionnaire et vécut toute sa vie à Antioche, seul endroit où son texte complet semble avoir été disponible. Chrétien comme le montre son œuvre, il devait comme la majorité des gens d’Antioche être d’obédience chalcédonienne* et avoir donné son appui à l’usurpateur Léontius qui se rebella contre l’empereur Zénon de 484 à 488.

 

Il perdit vraisemblablement son emploi lorsque l’empereur Anastase afficha ouvertement son monophysisme. C’est alors qu’il se serait mis à écrire son œuvre qui devait rester inachevée. Si l’on en croit Jean Malalas, Eustathe serait mort subitement vers le milieu des années 520 alors qu’il venait de décrire la chute d’Amida, ce qui se concevrait aisément vu le tremblement de terre catastrophique qui détruisit en partie Antioche en 526 et furent suivi de graves incendies.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Warren Treadgold, The Early Byzantine Historians, Londres, Palgrave Macmillan, 2007 (réimpr. 2010) (ISBN 978-0-230-24367-5)

 

Voir période suivante