6ème

 

 

Agathias le Scholastique: Avocat, poète et historien byzantin - Mundus ou Mundo: Général byzantin de la première moitié du 6ème siècle - Jean dit Mystacon ou le moustachu : Général byzantin de 580 à 590 environ - Amalaberge ou Amalaberga : Reine des Thuringes de 507/511 à 532/533 - Basin de Thuringe dit Bessin - Cleph ou Clephi : Roi des Lombards d'Italie de 572 à 574 - Félix IV : 54ème  pape de 526 à sa mort en 530 - Dioscore (antipape) : Diacre d'Alexandrie-Antipape pendant quelques semaines - Théodose (fils de Maurice) (583/585-602) -Gildas le Sage : Ecclésiastique - Évagre le Scolastique : Historien de langue grecque - Ferréol d'Uzès dit Saint Ferréol : 5ème évêque d’Uzès de 553 à 581 - Timothée IV d'Alexandrie : Patriarche d'Alexandrie de 517 à 535 - Julien d'Halicarnasse : Évêque d'Halicarnasse - Paul 1er d'Alexandrie : Patriarche d'Alexandrie de 537 à 539 - Serge de Tella : 34ème patriarche d'Antioche selon le décompte de l'Église jacobite de 557 à sa mort - Flavien II d'Antioche : Patriarche d'Antioche de 498 à l'automne 512 - Élie 1er de Jérusalem : Patriarche de Jérusalem de 494 à 516 - Timothée 1er de Constantinople : Patriarche de Constantinople d'octobre 511 à sa mort - Paul de Callinicum : Évêque de Callinicum en Syrie jusqu'à sa déposition en 518 - Jean Moschus : Moine syrien de l'époque byzantine et auteur d'écrits spirituels - Chorikios de Gaza : Rhéteur grec du 6ème siècle - Zamasp ou Jāmāsp : Roi sassanide ayant régné de 497 à 499 - Wisand ou Visand : Roi des Hérules de la première moitié du 6ème siècle - Sinduald : Souverain barbare d'Italie du Nord - Peranius d'Ibérie : Prince d'Ibérie-Commandant militaire romain - Thrasamund : Quatrième roi des Vandales d'Afrique de 496 à 523 - Hoamer dit l'Achille des Vandales : Prince vandale Hasding - Amalafrida ou Amalfrède : Reine des Vandales et des Alains d'Afrique - Dorothée de Gaza ou Dorothée l'Archimandrite : Moine en Palestine vers 560 - AEthelfrith de Northumbrie ou Ethelfrith : Roi de Bernicie de 592 environ à sa mort vers 616 - Amr III ibn al-Mundhir : Roi des Lakhmides de 554 à 569 - Qabus ibn al-Mundhir : Roi des Lakhmides de 569 à 573 - Aelle de Deira : Roi de Deira - Bessas (général) : Général de l'Empire romain d'Orient - Hesperius : Évêque de Metz de 525 à 542 - Airy de Verdun ou saint Airy ou Agéric : 10ème  évêque de Verdun - Tzazo - Jabalah IV ibn al-Harith ou kunya Abu Shamir : Roi ghassanide - Jean Malalas : Fonctionnaire dans l’administration impériale - Asclépios de Tralles : Philosophe éclectique du 6ème siècle - Olympiodore le Jeune ou Olympiodore d'Alexandrie le Jeune : Philosophe alexandrin néoplatonicien-Astrologue - Simplicius ou Simplice (philosophe) : Philosophe néoplatonicien grec du 6ème siècle - Théodechilde (fille de Thierry 1er) - Hildegis ou Hildechis : Prince lombard - Kardarigan : Général sassanide - Philippicos (général) : Général byzantin - Jean III Scholastique - Jean de Tella ou Jean bar Qursos : Évêque de Tella de 519 à 521 - Sui Wendi ou Yáng Jian : Empereur et fondateur de la dynastie Sui de 581 à 604 - Sui Yangdi : Empereur chinois de la dynastie Sui - Waldelène : Duc Franc - Aelia Flavia - Jordanès ou Jornandès : Historien de langue latine du 6ème siècle - Cours (général) : Général byzantin du 6ème siècle - Ménandre le Protecteur ou Ménandre le Byzantin : Historien de langue grecque - Metrodorus (grammairien) : Grammairien et mathématicien grec - Anthémius de Tralles : Mathématicien, ingénieur et architecte byzantin - Paul le Silentiaire : Chambellan - Laudulphe d'Évreux dit Saint Laudulphe : Évêque d'Évreux à la fin du 6ème siècle - Constantina (impératrice) - Jean 1er (pape) dit Saint Jean 1er : 53ème évêque de Rome-Pape de l'Église catholique - Samson de Dol dit Saint Samson de Dol - Pol Aurélien ou Pol de Léon : Saint breton-Premier évêque de la ville de Saint-Pol-de-Léon et du pays du Léon au 6ème siècle - Jean d'Épiphanie : Historien de langue grecque de la fin du 6ème siècle - Owain Ddantgwyn dit Owain aux Dents Blanches : Roi de Rhôs - David de Ménevie : saint patron du Pays de Galles - Ainmere mac Sétnai : Ard ri Érenn de 566 à 569 - Creoda ou Crida : Premier roi de Mercie de 585 à 593 - Sapaudus : Archevêque d'Arles de 552 à 586 - Firmin d'Uzès ou Saint Firmin : Quatrième évêque d'Uzès de 538 à 553 - Macédonius II ou Makedonios II : Patriarche de Constantinople de juillet 496 à août 511 - Babaï le Grand : Moine, théologien et médecin - Jean de Césarée : Un des premiers représentants de l'orthodoxie néo-chalcédonienne - Ida de Bernicie : Roi de Bernicie de 547 environ à sa mort - Clotilde (fille de Clovis) dite Clotilde la Jeune ou Chrothilda - Phazas d'Iberia : Prince du Royaume d'Iberia - Vardan III Mamikonian - Evagès ou Hoageis : Prince vandale - Azarethes : Commandant militaire persan sassanide - Cabaon : Chef berbère de Tripolitaine au début du 6ème siècle - Ammatas - Laud de Coutances dit Saint Laud ou Lô : évêque du diocèse de Coutances au 6ème siècle - Barsanuphe de Gaza : Moine du 6ème siècle de la région de Gaza en Palestine - Dosithée de Gaza : Moine ayant vécu au Proche-Orient et en Palestine - Mejēj 1er Gnouni ou Mezezios Gnouni : Marzban d'Arménie de 518 à 548 - Damien d'Alexandrie ou Damien le Syrien : Trente-cinquième patriarche d'Alexandrie de 578 au 12 juin 607 -

Dagisthée /Général byzantin actif sous Justinien, au 6ème siècle - Áedán mac Gabráin : Roi de Dál Riata de 574 à 608 - AEthelric (roi de Bernicie) : Quatrième roi de Bernicie de 568 à 572 - Hussa : Septième roi de Bernicie de 585 à 592/593 - Georges de Pisidie : Poète de langue grecque - Abraha dit Abraha l'abyssin ou Abraha al-Achram : Général Abyssin qui a conquis l'Arabie du Sud - Al-Mundhir III ibn al-Nu'man ou Al-Mundhir ibn Imri' al-Qays : roi des Lakhmides de 503/505 à 554 - Sunna (évêque) : Évêque arien de Merida entre 582 et 587/589 - Eustathe d’Épiphanie : Historien byzantin - Marutha de Tikrit : Dignitaire de l'Église syriaque orthodoxe - Thierry du Mont d'Hor dit Saint Thierry - Thrasaric : Roi des Gépides régnant autour de l'an 500 - Hésychios de Milet : Historien et biographe de langue grecque - Godas : Noble gothique du royaume vandale en Afrique du Nord - Jean le Lydien : Fonctionnaire et écrivain byzantin du 6ème siècle - AEthelric (roi du Deira) : Roi de Deira - Ceawlin : Roi du Wessex - Al-Mundhir IV ibn al-Mundhir : Roi des Arabes Lakhmid entre 574 et 580 - Amr ibn Kulthum Ibn Malik Ibn Abab Abou Al-Aswad al-Taghlibi : Chevalier et chef de la tribu des Taghlibs - Isidore de Gaza : Philosophe néoplatonicien - Davit Anhaght ou Davit Nerginatsi dit David de Nerken ou David Armenios : Philosophe arménien des 5ème et 6ème siècles - Tatto ou Tatton : Septième roi des Lombards autour de l'an 500 - Saint Cadou ou Cadoc : Saint chrétien légendaire - Eutychius de Constantinople dit Saint Eutychius de Constantinople : Patriarche de Constantinople d'août 552 à janvier 565 et d'octobre 577 à sa mort - Comentiolus (frère de Phocas) - Comentiolus (mort en 602) : Général byzantin lors du règne de Maurice - Priscus (général) : Général byzantin lors des règnes de Maurice, Phocas et Héraclius - Maelgwn Hir ap Cadwallon ou Maelgwn le long dit Maelgwn Gwynedd : Roi de la mythologie celtique brittonique - Isidore de Milet : Mathématicien et géomètre - Flavius Moschianus : Homme politique de l'Empire romain - Jean IV le Jeûneur ou Jean IV Nesteutès : Patriarche de Constantinople du 12 avril 582 au 2 septembre 595 -

 

Matasonte ou Mathasonte

 

fille d'Eutharic et d'Amalasonte, et sœur d'Athalaric. Théodoric le Grand roi des Ostrogoths* et Audoflède sœur de Clovis 1er, roi des Francs étaient les parents de sa mère, elle fait donc partie de la lignée sacrée des Amales* et de la dynastie franque*.

 

Vers 536, elle épouse Vitigès, roi des Ostrogoths lors d'un mariage forcé, car Vitigès n'étant pas de haute lignée, la princesse répugne à une union qui rabaisse son lignage. Le panégyrique sur ce mariage en 536 a été délivré par le préfet du prétoire* Cassiodore, et a été conservé. Il s'agit d'une forme rhétorique romaine qui dépeint la dynastie gothique sous une lumière romaine avantageuse. Lors de la guerre des Goths*, alors qu'ils sont réfugiés à Ravenne*, Matasonte aurait proposé au général Jean de l'épouser contre la reddition de Ravenne.

 

Le général de Justinien, Bélisaire, capture Vitigès et Matasonte et les emmène à Constantinople*, où Vitigès meurt sans descendant.

 

Après la mort de ce dernier, Matasonte épouse en 550, Germanus Iustinus, cousin de l'empereur et général byzantin avec lequel elle a un fils Germanus, né après la mort de son père, fin 550 ou début 551.

 

Son second mariage a encore une portée politique, Germanus préparant une armée pour envahir l'Italie aux mains des Ostrogoths avant la guerre des Goths. En épousant Matasonte, il devient un possible prétendant au trône des Ostrogoths, se rattachant par sa femme à la lignée des Amales.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de John R. Martindale, John Morris, La prosopographie de l'Empire romain ultérieure - Volume II, AD 395-527, Cambridge University Press, 1980, (ISBN 978-0521201599).

 

Bozorgmehr ou Burzmihr

Noble iranien de la famille Karen

 

Il servi comme ministre du roi Sassanide Kavad 1er, fils et successeur de Khosrow 1er. Il a également servi comme commandant militaire de Khwarasan sous Khosrow 1er et son successeur Hormizd IV. Selon des sources perses et arabes, Bozorgmehr était un homme de sagesse exceptionnelle et sages conseils. Son nom apparaît dans plusieurs ouvrages importants de la littérature persane, notamment dans le Shahnameh* (Le livre des rois).

 

Bozorgmehr est mentionné pour la première fois en 498, comme l'un des 9 fils du puissant noble Sukhra. Il appartenait à la Maison de Karen* (une des Sept Grandes Maisons d'Iran, qui descendait du prince Arsacide Karen). La famille Karen a revendiqué la descendance du légendaire shah Pishdadian Manuchehr, et était basée à Nihavand*.

 

 Après la défaite et la mort du shah sassanide Peroz 1er lors de la bataille de Herat*, Sukhra devint le souverain de facto de l'Iran. Il fut finalement vaincu et exécuté par Kavad 1er, qui a eu comme conséquence affaiblissement de la famille Karen, et beaucoup de ses membres furent exilés dans les régions du Tabaristan* et du Zabulistan*, qui était loin de la cour sassanide dans Ctesiphon*.

 

En 496, Kavad 1er fut déposé et emprisonné en raison de son soutien au mouvement Mazdakite*, et aussi pour avoir exécuté Sukhra.

 

Après que Kavad 1er eu récupéré le trône sassanide de son jeune frère Jamasp en 498, il nomma Bozorgmehr comme ministre. Pendant son mandat, Bozorgmehr a persuadé Kavad d'arrêter la taxation des fruits et des céréales de la paysannerie.

 

Pendant le règne du fils et successeur de Kavad 1er, Khosrow 1er, Bozorgmehr continua son mandat comme ministre du shah. Il a également pris de l'importance après avoir été nommé commandant militaire du kust* (région frontalière) de Khorasan* par Khosrow 1er.

 

Pendant le règne du fils de Khosrow 1er, Hormizd IV, Bozorgmehr a continué à servir au Khorasan.

 

Bozorgmehr a écrit plusieurs traités en persan moyen. Le plus célèbre est le Wizārišn ī čatrang* ("Traité des échecs"), également connu sous le nom de Chatrang Nama ("Livre des échecs").

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Bozorgmehr/  Traduit par mes soins

 

Jean de Biclar dit Jean de Gérone (vers 540-après 621)

Évêque catholique d'origine wisigothique

 

Vers 560, il se rend pour ses études à Constantinople*, y séjournant pendant une dizaine d'années. Il y acquiert une excellente connaissance du grec et du latin qui fera de lui un des derniers représentants de la culture antique en Occident. Il participe également aux débats théologiques orientaux, y compris à la querelle dite des Trois Chapitres*.

 

Revenu en Hispanie* vers 575 d'après Isidore de Séville, il refuse de se rallier à l'Église officielle arienne* du royaume wisigothique* et le roi Léovigild l'exile à Barcelone*. À la mort du roi en 586, il fonde le monastère de Biclar* (Biclarum) pour lequel il écrit une règle et qu'il gère pendant plusieurs années.

 

Entre 589 et 592, alors que règne le fils et successeur du roi Léovigild, Récarède, converti au catholicisme en 587, il est appelé à l'évêché de Gérone*. Il prend part à au moins 3 conciles, dont celui de Saragosse en 592*.

 

Il a laissé une courte chronique écrite entre 589 et 591; elle va de 567 jusque vers 590 et se présente comme une continuation de Victor de Tunnuna. Bien que concise, elle constitue une source précieuse pour le règne du roi Léovigild et la période qui voit se préparer la conversion des Wisigoths au catholicisme.

 

Il nous laisse des renseignements sur la ville de Recopolis* (unique source décrivant la ville fondée vers 580 par Léovigild en l'honneur de son fils Récarède). Il donne quelques détails précieux issus de son séjour en Orient et mentionne également vers 569, la conversion au christianisme des Garamantes*, berbères païens de l'actuelle Libye*.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Christophe Picard, Michel Zimmermann, Michel Kaplan - Histoire médiévale. Le Moyen Âge IVe-Xe siècle, Breal, 2000. (ISBN 978-2853947312)

 

Colomba d'Iona dit Saint Colomba (521-597)

Missionnaire irlandais

 

Il aida à réintroduire le christianisme en Écosse et dans le nord de l'Angleterre. Il établit un nouvel ordre monastique dont la principale communauté s'installa sur l'île de Iona* en 563. La légende veut qu'il soit arrivé sur la petite île des Hébrides avec 12 compagnons, métaphore christique visant à renforcer son caractère sacré. Il a été enterré à Downpatrick* avec saint Patrick et sainte Brigitte d'Irlande qui sont les autres saints patrons de l'Irlande.

 

Saint Colomba est né sous le nom royal de Criamtham. C'est en effet un prince de la maison des O'Neill de Tir Conail* dans l'actuel Comté de Donegal* en Irlande. Il est le fils de Feidlimid mac Fergus Cendfota mac Conall Gulban, son ancêtre est le fondateur éponyme du Cenél Conaill*.

 

Ce dernier est lui-même l'un des fils de l'Ard ri Érenn* Niall Noigiallach. Par sa grand-mère, Erca, fille de Loarn mac Eirc, le fondateur du Cenél Loairn*, il est également apparenté aux rois de Dal Riada*. Par ses origines, il est représentatif du haut Moyen Âge irlandais où la réalité du pouvoir est détenue par les abbés issus des familles princières et perpétuant la société clanique de l’île.

 

Connu sous le nom ecclésiastique de Colomba, il entre à l’Abbaye de Clonard* sous la direction de saint Finian et aurait fondé selon la tradition plusieurs écoles et monastères en Irlande : à Derry* en 545, Durrow* en 553 et Kells* en 554.

 

Colomba fut peut-être poussé à l’émigration par son zèle missionnaire mais également exilé, sans doute pas comme le veut la légende, pour avoir exécuté et emporté sans l'accord de Finnian de Moville, la copie d’un précieux manuscrit romain, mais plutôt pour des raisons politiques liées à son rôle dans les rivalités qui opposaient les membres de la famille royale. Ces rivalités avaient abouti en 561 à la sanglante bataille de Cúl Dreimne* entre les O‘ Neill du Nord et l’Ard rí Érenn Diarmait mac Cerbaill et à l'excommunication de Colomba par un synode. Il est pardonné lors d'un autre synode réuni à Teltown* dans le comté de Meath* mais doit s'exiler immédiatement.

 

En s’enfonçant vers le nord par le Great Glen*, il dompte selon la légende le monstre qui hantait déjà les rives du Loch Ness* et réussît à traiter avec les druides qu’il rencontre à la cour du roi Brude et dont le principal Broichan était le propre père nourricier du souverain.

 

La conversion, la huitième ou neuvième année de son règne, des pictes* et du roi Brude, pourtant issu d’une famille brittonique théoriquement déjà chrétienne, et dont le père putatif aurait fait l’objet des anathèmes de Gildas est passée sous silence par Saint Adomnan biographe du saint, mais mise au crédit de Colomba par la Chronique Picte et sous entendue par Bède le Vénérable.

 

L’abbé Colomba joue également un grand rôle dans le royaume de Dal Riada. Il use de son influence pour couronner roi à Iona Áedán mac Gabráin, en conformité avec les règles de la tanistrie* pratiquées dans les royaumes irlandais, mais au détriment des droits d’Eòganán mac Gabráin, le pieux fils aîné de Gabhran, écarté de la royauté par le saint qui lui était pourtant favorable à la suite de l’intervention d’un ange.

 

En 575, le nouveau roi, accompagné de saint Colomba, participe au concile de Druim Ceat* (Comté de Derry), en Irlande, où le Dal Riada écossais est reconnu indépendant par le futur Ard rí Érenn Áed mac Ainmerech du Cenél Conaill des O’Neill du Nord, sous réserve qu’il le soutienne toujours dans les conflits purement irlandais.

 

Saint Adomnan rapporte qu’un jour, le roi des Scots* demanda à saint Colomba lequel de ses trois fils aînés, devrait selon lui succéder à sa mort. L’évêque répondit qu’aucun d’eux ne régnerait jamais car ils seraient tous tués au combat. Le saint demanda alors au roi de faire venir ses plus jeunes fils et lorsque Eochaid Buide, quatrième héritier mâle, se présenta devant lui, il le bénit et déclara à son père : Voilà celui qui te survivra8 !

 

Après la mort de Colomba, la direction de la communauté monastique d’Iona fut assurée pendant au moins un siècle et demi, à une exception près par des princes abbés issus directement du Cenél Conaill, dont son biographe et 9ème successeur comme abbé d'Iona, saint Adomnan d'Iona

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire des Saints d'Irlande. Analyse critique des sources hagiographiques (viie – ixe siècle) : Nathalie Stalmans Presses Universitaires de Rennes (2003) (ISBN 2868477062).

 

 

Voir période suivante