5ème

 

Sebastianus: Usurpateur romain vers 412/413 - Conan Mériadec: Roi légendaire de la Bretagne romaine - Taurin d'Évreux : Évêque et évangélisateur d'Évreux - Léontia Porphyrogénète - Korioun dit Skantchéli ou L'Admirable : Religieux et historien arménien - Pierre l'Ibère : Moine d'origine ibère - Vahram V ou Bahram V Gour : Roi sassanide de Perse de 420 à 438/439 - Veh Mihr Chapour ou Vêh Mihr Châhpouhr : Seigneur iranien-Premier marzbân d'Arménie de 428 à 442 - Hovsep 1er de Holotsim ou Joseph 1er de Holotsim : Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 439/440 à 452 - Châhpûhr de Perse ou Shāpur : Roi d'Arménie de 415 à 421 - Marutha ou Maruthas de Maïpherkat : Évêque, diplomate et écrivain religieux - Mar Isaac : Catholicos de Séleucie et Ctésiphon de 399 à 411 - Mar Ahhaï, Abda ou Aba : Catholicos de Séleucie et Ctésiphon de 411 à 415 - Abdas de Suse : Évêque de Suse en Perse - Mihr Narseh : Grand vizir de l'Empire sassanide - Yazdgard II ou Yazdegerd II : Roi sassanide de Perse de 438 à 457 - Ardabur (fils d'Aspar) dit Ardabur Iunior : Général byzantin - Léonce (usurpateur) : Général de l'Empire romain d'Orient - Khosro l'Usurpateur - Péroz 1er : Empereur sassanide de Perse de 457 à 484 - Giout d'Arahez ou Giout Arahezatsi : Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 461 à 478 - Rufius Antonius Agrypnius Volusianus : Proconsul d'Afrique en 413/414-Préfet du prétoire-Préfet urbain de Rome de 417 à 418-Préfet de Constantinople - Thorismond : Roi des Wisigoths de 451 à 453 - Ildegonde ou Hildegonde de Cologne - Hermias d'Alexandrie : Philosophe néoplatonicien - Domninos de Larissa : Mathématicien helléniste juif syrien - Marinos de Néapolis : Philosophe néo-platonicien - Simplice dit Saint Simplice : Pape du 3 mars 468 au 10 mars 483 - Gélarith : Roi des Vandales et des Alains d'Afrique - Godard de Rouen dit Saint Godard : Évêque de Rouen - Éleuthère de Tournai ou Saint Éleuthère - Gento ou Genzon - Ostrogotho - Gunthamund ou Gundamund : Roi des Vandales et des Alains d'Afrique de décembre 484 à 496 - Eugène de Carthage dit Saint Eugène : Évêque de Carthage de 480 à 484 et de 487 à 495 - Deogratias de Carthage : Évêque de Carthage sanctifié du milieu du 5ème  siècle - Victor de Vita : Évêque en Byzacène - Théudric - Gondemar 1er : Prince burgonde - Thraustila (roi) : Roi des Gépides de la seconde moitié du 5ème siècle et du début du 6ème - Patrice (fils d'Aspar) ou Flavius Julius Patricius : Homme politique de l'Empire romain - Pamprépios : Homme politique-Poète Sainte Nonne ou Mélarie de Dirinon : Sainte bretonne mythique de l'Armorique - Vakhtang 1er d'Ibérie ou saint Vakhtang Gorgasali : Roi d'Ibérie - Al-Mundhir ibn al-Nu'man : Septième roi lakhmide de 418 à 461 - Mar Dadisho 1er dit  Dadicho 1er : Catholicos de l'Église de l'Orient de 421 à 456 - Vasak de Siounie ou Vasak Siouni : Prince de Siounie de 410 à 452-Second marzbân d'Arménie de 442 à 452 - Théodose le Cénobiarque ou Théodose le Grand : Fondateurs du monachisme oriental - Mélité de Manazkert ou Mélité Manazkertsi-Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 452 à 456 - Paulin de Milan - Ildut ou Iltud dit Ildut de Llantwit : Moine breton - Ereuleva Karaton ou Aksungur : Considéré comme le premier roi des Huns de 412 à 422 environ - Einion Yrth ap Cunedda dit Einion ap Cunedda : Roi de Gwynedd - Cunedda ap Edern dit Cunedda : Roi breton guerrier du pays des Gododdin - Nicomachus Flavianus le jeune : Fonctionnaire romain-Préfet de Rome-Grammairien - Suren Pahlav : Noble iranien de la famille Suren - Flavius Ardaburius Senior dit Ardaburius ou Ardabur le Vieux : Général romain sous le règne de Théodose II-Consul en 427 - Erménéric ou Hermenericus : Homme politique de l'Empire romain - Gondicaire ou Gonthaire : Roi des Burgondes de Gaule romaine de 413 à 437 - Brigitte d'Irlande dite Sainte Brigide d'Irlande ou Brigide de Kildare - Hormizd III : Roi sassanide d'Iran ayant régné de 457 à 459 - Jean le Scythe : Général et politicien de l'Empire romain d'Orient - Raham Mihran : officier militaire iranien de la Maison de Mihran - Sukhra ou Sufaray : Noble iranien de la maison de Karen - Chahpouhr Mihran : Général iranien membre de la maison des Mihrān - Sahak II Bagratouni : Prince arménien de la famille des Bagratides-Marzban d'Arménie de 481 à 482 - Flavius Apallius Illus Trocundes : Homme politique de la Rome antique-Consul pour l'Orient en 482 - Jean Stobée ou en latin Ioannes Stobaeus : Doxographe et compilateur grec de l'Antiquité - Chahpouhr de Reyy : Général iranien - Varsken de Gogarène : Vice-roi  de Gogarène - Adhour Gouchnasp ou Adhur Gouchnasp : Seigneur iranien du royaume sassanide de Perse-Quatrième marzbân d'Arménie de 465 à 481 - Philoxène de Mabboug : Evêque syrien monophysite - Hovhannès 1er Mandakouni : Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 478 à 490 - Lazare de Pharbe ou Ghazar de Pharbe : Religieux et historien arménien - Moïse 1er de Manazkert ou Movsès 1er Manazkertsi : Catholicos de l'Église apostolique arménienne de 456 à 461 - Anicia Juliana : Grande aristocrate romaine - Flavius Areobindus Dagalaiphus : homme politique de l'Empire romain - Pierre le Foulon : Premier patriarche miaphysite d'Antioche - Reine Pédauque : Reine mythique - Claudius Rutilius Namatianus dit Rutilius Namatianus : Poète et homme politique latin du début du 5ème siècle - Téodegonde Amalasunta des Amales dite Téodegonde Amalasunta : Reine des Wisigoths - Timothée II d'Alexandrie dit Timothée Élure : Patriarche d'Alexandrie des monophysites de mars 457 à janvier 460 et de 475 à 477 - Tonantius Ferreolus (préfet) : personnage important de la Gaule du 5ème siècle - Masties ou Mastiès : Chef militaire (dux) et tribal berbère - Asclépiodote d'Alexandrie : Philosophe grec néoplatonicien de la seconde moitié du 5ème siècle - Caecina Decius Maximus Basilius : Homme politique romain - Blossius AEmilius Dracontius dit Dracontius : poète latin chrétien de la fin du 5ème siècle - Fulgence de Ruspe : évêque de la ville de Ruspe - Quodvultdeus de Carthage : Evêque de Carthage et père de l'Église nord-africain du 5ème siècle - Loup de Soissons ou saint Loup - Ceredig ap Cunedda dit aussi Xanthus : Fondateur du royaume gallois de Ceredigion - Balenduxt ou Balendoukht : Princesse sassanide-Reine d'Ibérie -

Coel Hen ou Coel le Vieux ou l'Ancien : Roi semi-légendaire de l'île de Bretagne, avant l'invasion saxonne - Ardaric : Roi des Gépides - Pitzia, Pitza : Chef militaire ostrogoth-Général du roi Théodoric le Grand -

 

Chouchanik ou Shoushanik (vers 440-475)

Sainte et une martyre chrétienne de l'Arménie médiévale

 

Elle fut tuée par son époux le prince Varsken dans la cité de Tsurtavi*, en Géorgie*. Elle mourut en défendant son droit à pratiquer sa religion chrétienne.

 

Chouchanik, née Vardeni Mamikonian, est la fille du sparapet* (commandant en chef des armées arméniennes) Vardan Mamikonian. Elle avait épousé un important seigneur féodal de la famille des Mihranides*, Varsken, fils d'Arshousha, qui portait le titre de vitaxe* (pitiakhsh) de Gogarène* et à qui elle donne 3 enfants.

 

Varsken 1er était entré en conflit avec son suzerain le roi d'Ibérie* Vakhtang1er Gorgasali, contre lequel il avait pris le parti de l'Empire sassanide*, renonçant même au christianisme et adoptant le zoroastrisme*.

 

Il avait reçu en récompense des Iraniens le titre de vice-roi d'Aghbanie*. Il tue son épouse le 17 octobre 475 lorsque celle-ci refuse de se soumettre à son ordre d'apostasier* à son tour sa foi chrétienne. Varsken 1er est lui-même ensuite mis à mort en 482 par le roi Vakhtang 1er.

 

Chouchanik a été canonisée par l'Église géorgienne et est vénérée comme une sainte par l'Église apostolique arménienne*.

 

Sa tombe se trouve dans l'église de Metekhi* à Tbilissi*.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Shushanik »

 

Chrysaphios

Eunuque

 

Il exerça une très grande influence sur le gouvernement de l'Empire romain d'Orient pendant les dernières années du règne de l'empereur Théodose II.

 

Théophane raconte qu'il était lié à l'archimandrite* Eutychès, et qu'il voulait le faire nommer patriarche de Constantinople. Mais il avait au début peu de pouvoir, car Théodose II laissait gouverner sa sœur aînée Pulchérie, en qui il avait toute confiance.

 

L'eunuque tenta d'utiliser son ascendant sur l'impératrice Eudocie pour brouiller l'empereur et sa sœur : il la poussa à revendiquer les mêmes honneurs que sa belle-sœur, ce que Théodose refusa.

 

Pulchérie se retira du palais pour s'installer dans la banlieue de l'Hebdomon*. En 443, Eudocie fut bannie de la cour sur une accusation d'adultère et s'installa à Jérusalem.

 

Chrysaphios devint alors tout-puissant auprès de l'empereur.

 

Il ne put empêcher l'élection de Flavien comme patriarche en 446. Dépité, il persuada l'empereur de réclamer un cadeau au nouvel élu pour sa nomination. Flavien envoya des pains consacrés que l'eunuque lui retourna en disant que Théodose voulait de l'or.

 

Le patriarche offrit alors les vases sacrés de la cathédrale, au grand scandale du clergé et des fidèles. En novembre 448, Flavien tint un synode de 40 évêques qui, à l'instigation d'Eusèbe de Dorylée, condamna et déposa Eutychès.

 

Furieux, Chrysaphios s'entendit alors avec le patriarche Dioscore d'Alexandrie et persuada l'empereur de convoquer le Deuxième concile d'Éphèse* qui, dès sa première session le 8 août 449, réhabilita Eutychès et proclama la déchéance de Flavien, qui fut arrêté brutalement, et mourut quelques jours plus tard de ses blessures.

 

En 447, les murailles de Constantinople ayant été endommagées par un tremblement de terre, l'armée d'Attila, roi des Huns*, franchit le Danube et arriva dans les environs de la capitale, où le patrice* Aspar fut battu.

 

Les fortifications rapidement réparées et la défense de la ville confiée aux troupes du magister militum per Orientem* Zénon, Chrysaphios négocia le retrait des Huns contre de l'argent, plutôt que de continuer à livrer bataille.

 

En 449, Attila envoya à Constantinople une ambassade composée notamment du Romain Oreste et du Skire* Édécon, officier de sa garde, qui fut ébloui par la splendeur du palais impérial.

 

Cherchant à en profiter, Chrysaphios le fit venir secrètement chez lui, et par le truchement de l'interprète Vigilas, lui proposa cinquante livres d'or s'il assassinait Attila.

 

L'eunuque informa ensuite l'empereur de son plan, et après délibération, il fut décidé de renvoyer auprès du roi des Huns Édécon et Vigilas, porteur d'une bourse pleine d'or, en compagnie du diplomate byzantin Maximin, qui ne savait rien de ce qui s'était tramé.

 

Mais arrivé dans le camp d'Attila, Édécon lui révéla tout du complot. Le roi des Huns, au nom des lois de l'hospitalité, respecta les ambassadeurs impériaux, mais dépêcha à Constantinople ses officiers Oreste et Eslas pour exiger que Chrysaphios lui soit livré et que réparation lui soit faite.

 

Théodose dût envoyer les patrices et consulaires Nomios et Anatole présenter des excuses humiliantes au roi et payer un fort dédommagement.

 

Les interventions de Chrysaphios en politique et en religion lui avaient attiré de solides inimitiés. Selon Théophane, Théodose finit par disgracier l'eunuque et l'exiler sur une île.

 

Peu après la mort accidentelle de l'empereur le 28 juillet 450, Chrysaphios fut exécuté sur l'ordre de Marcien, et ses biens confisqués. D'après Théophane, Pulchérie le fit livrer à un certain Jordanès, dont l'eunuque avait fait assassiner le père

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Chrysaphios/ Portail du monde byzantin/ Catégories : Personnalité politique byzantine

 

Varsken de Gogarène

Vice-roi de Gogarène de la famille des Mihranides

 

Fils d'Aršouša, vitaxe* (vice roi) de Gogarène*, il lui succède entre 457 et 470 ou de 467 à 470.

 

Sa mère, Anouyshvram Arçrouni, était belle-sœur du général Hmayeak Mamikonian, lui-même frère du sparapet* Vardan Mamikonian. Son père, Aršouša, étant resté en otage à la cour de Perse à Ctésiphon*, n'a pas pu participer à l’insurrection de l'Arménie en 451, conduite par Vardan Mamikonian.

 

Après la défaite de l'armée arménienne à Avarayr* le 2 juin 451, puis la mort de Hmayeak Mamikonian tué peu après dans le Taïq*, Aršouša voit arriver à Ctésiphon trois de ses neveux, Vahan, Vasak et Artasès Mamikonian.

 

La paix et la soumission étant revenues en Arménie, Aršouša réussit à racheter sa liberté et celle de ses neveux en 455, et les ramène en Arménie auprès de leur mère. Il les fait élever avec Łazar Pʿarpec̣i. Plus tard, Aršouša organise le mariage de son fils Varsken avec Chouchanik, fille de Vardan Mamikonian.

 

Dès la mort de son père, il se rend à Ctésiphon auprès du roi sassanide Péroz 1er, abjure spontanément le christianisme et se convertit au mazdéisme*. Péroz lui donne pour seconde épouse une princesse sassanide*. De retour en Arménie, il veut obliger sa première épouse, Chouchanik, à se convertir, mais cette dernière s'y refuse, et finit par mourir des violences infligées par son mari.

 

L'abjuration de Varsken était intéressée : en cherchant ainsi les faveurs du roi, il obtient son soutien et son investiture pour conquérir le royaume d'Ibérie* sur lequel il estime avoir des droits. Il envahit le royaume, mais il est vaincu et tué par le roi légitime, Vakhtang 1er Gorgasali.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du vie au ixe siècle, Paris, de Boccard, 2006, (ISBN 978-2-7018-0226-8).

 

 

 

 

Voir période suivante