4ème

 

Varazdat: Roi arsacide d'Arménie de 374 à 378 - Eucher (fils de Stilicon) - Arsace III d'Arménie ou Arshak III d’Arménie : Roi d’Arménie de 384 à 390 - Gorgon ou Gorgonius dit saint Gorgon : Officier sous Dioclétien-Martyr romain - Marguerite d'Antioche de Pisidie ou sainte Marine : Vierge martyre du 4ème siècle - Eusèbe d'Émèse : Évêque d'Émèse - Khosrov III d'Arménie dit le Petit : Roi arsacide d'Arménie de 330 à 339 - Tribigild : Général ostrogoth de l'empire romain d'Orient - Fravitta dit Flavius Fravitta ou Flavius Fravitus : Militaire et homme politique romain d'origine wisigothe - Uldin, Uldiz ou Uldes : Roi des Huns de 390 à 410 - Valarchak d'Arménie ou Valarsace d’Arménie : Co-roi d’Arménie de 384 à 386 - Artavazd ou Artavasde 1er Mamikonian : Sparapet du royaume d'Arménie - Mélanie dite l'ancienne ou sainte Mélanie - Nicétas le Goth : Martyr - Démophile de Constantinople : Évêque de Béroia puis de Constantinople de 370 à 380 - Flavius Richomeres dit Richomer : Officier franc au service de l'Empire romain - Virius Nicomachus Flavianus ou Nicomaque Flavien : Érudit et homme politique romain - Gennobaud ou Génobaud : Roi Franc à la fin du 4ème siècle - Marcomir ou Marcomer : Roi franc des Ampsivariens et des Chattes à la fin du 4ème siècle - Sunnon ou Sunno : Roi Franc de la fin du 4ème siècle - Hypatie d'Alexandrie : Mathématicienne et philosophe grecque d'Alexandrie - Withimer ou Vinitharius : Chef ostrogoth du 4ème siècle - Bagrat 1er Bagratouni : Noble arménien - Pancrace de Rome - Servais de Tongres dit Saint Servais ou Servatius : Évêque du diocèse de Tongres - Varaz-Bakour 1er d'Ibérie ou Aspacoures II d’Ibérie : Roi d’Ibérie de 363 à 365 - Sainte Salomé d’Oudjarma : Princesse arménienne -Mirvan III d'Ibérie ou Mirian III d’Ibérie : Fondateur de la dynastie des Chosroïdes-Roi d'Ibérie de 284 à 361 - Houssik II de Manazkert ou Manazkertsi : Catholicos d'Arménie de 373 à 377 - Faxian ou Fa-Hsien :  Moine bouddhiste chinois - AElius Spartianus dit Spartianus (4ème siècle) : Ecrivain - Eudaf Hen ou Octavius dit Eudaf le Vieux : Roi semi-légendaire de Bretagne insulaire - Manouel Mamikonian : Noble arménien de la famille des Mamikonian-Régent d'Arménie - Zarmandoukht : Reine douairière d’Arménie de 378 à 384 - Idacio Merida dit Hydace de Mérida : Évêque de Merida - Eunape : Rhéteur grec - Aristakès 1er Parthev ou Aristacès 1er Parthev : Catholicos d'Arménie de 320/325 à 327/333 - Vatché Mamikonian : Sparapet du royaume d'Arménie - Palladios ou Pallade de Galatie : Écrivain religieux chrétien-Évêque d'Hélénopolis de Bithynie entre 400 et 406-Évêque d’Aspuna en Galatie de 417 à sa mort - Démétrios de Thessalonique ou Démétrius : Martyr chrétien - Smbat 1er Bagratouni : Probablement seigneur de Sper en Arménie historique - Grumbates : Roi des Chionitae  - Valerius Maximus Basilius : Homme politique de l'Empire romain - Nino de Géorgie dite Sainte Nino (4ème siècle) : Apôtre de la Géorgie - Grégoire l'Ancien ou Grégoire de Nazianze l'Ancien : Évêque de Nazianze de la province romaine de Cappadoce - Nonna ou Nonne - Prohérésios ou Prohaeresius : Professeur arménien de rhétorique - Himérios : Orateur et un sophiste (professeur de rhétorique) - Césaire de Nazianze - Auxence de Milan, ou Auxentius : Théologien arien-Évêque de Milan de 355 à sa mort - Vertanès 1er Parthev ou Varthanès 1er Parthev-Catholicos d'Arménie de 327/333 à 341/342 - Didyme l'Aveugle : Théologien de l'École d'Alexandrie - Nonnos de Panopolis : Poète grec - Gaius Ceionius Rufius Volusianus Lampadius : Homme politique de l'Empire romain - Lucius Valerius Maximus Basilius (consul en 327) : Homme politique de l'Empire romain - Gorgonie - Modares ou Modaharius : Prince goth-Commandant de l'armée de Thrace au 4ème siècle - Helvidius : Théologien chrétien romain - Tryphiodore : Poète épique-Grammairien égyptien - Palladas : Poète grec antique - Lucius Valerius Maximus Basilius (préfet) : Homme politique de l'Empire romain - Neratius Junius Flavianus : Homme politique de l'Empire romain - Septimius Bassus : Homme politique de l'Empire romain - Jovinien (moine) - Bonoso di Sardica : Évêque romain - Némésios ou Némésius : Évêque d'Émèse en Syrie-Théologien et philosophe chrétien - Eugène (usurpateur romain) : Rhéteur et grammairien-Proclamé empereur romain en 392 contre Théodose 1er - Ceionius Rufius Albinus : Homme politique de l'Empire romain - Flavius Abundantius (consul) : Homme politique de l' Empire romain d'Orient - Flavius ​​Promotus dit Promotus : Général romain qui a servi sous Théodose 1er - Flavius ​​Timasius dit Timasius : Général de l'Empire romain - Éphrem le Syrien dit Éphrem de Nisibe ou Éphrem le Syriaque : Diacre syrien et théologien - Jacques de Nisibe ou Jacob de Nisibe : Ascète chrétien-Un des premiers évêques de Nisibe - Odotheus : Roi Greuthungi - Claudien ou Claudius Claudianus : Poète latin lié à la cour de l'empereur Honorius à Milan - Flavius Macrobius Ambrosius Theodosius dit Macrobe : Ecrivain-Philosophe-Philologue latin - Phocas de Sinope ou Phocas le jardinier : Martyr - Saturninus (consul 383) : Homme politique et militaire de l'Empire romain - Nectaire de Constantinople : Patriarche de Constantinople de juin 381 au 27 septembre 397 - Marthe de Langres ou Marthe d'Auxerre - Decimus Magnus Ausonius dit Ausone : Homme politique-Homme de lettres - Flavius Afranius Syagrius : Personnage important de l'Empire romain dans la deuxième moitié du 4ème siècle -

 

Maurus Servius Honoratus, dit Servius,

Grammairien païen

 

Réputé parmi ses contemporains comme l'homme le plus instruit de sa génération en Italie, il est l'auteur d'un livre de commentaires sur Virgile, In tria Virgilii Opera Expositio, qui fut le premier manuscrit imprimé à Florence*, par Bernardo Cennini, en 1471.

 

Macrobe fait de lui un des interlocuteurs de ses Saturnales. Des allusions contenues dans cet ouvrage et une lettre de Symmaque à Servius montrent qu'il était païen.

 

Le commentaire sur Virgile a survécu dans 2 traditions manuscrites distinctes. Sous la première forme, c'est un commentaire relativement court, attribué à Servius par l'en-tête des manuscrits; cette attribution est corroborée par d'autres raisons. Un second groupe de manuscrits, tous dérivés du 10ème et du 11ème siècle, présentent le même texte, mais enveloppé d'un commentaire beaucoup plus étendu.

 

Le commentaire authentique de Servius Maurus Honoratus est en réalité la seule édition complète d'un auteur classique qui ait été écrite avant la chute de l'empire romain d'Occident.

 

On doit mettre particulièrement au crédit de Servius de ne pas avoir donné dans la méthode allégorique d'exposition des textes, qui prévalait à son époque. Pour l'historien et celui qui étudie les choses antiques, la valeur durable de son œuvre tient à ce qu'elle conserve des faits relatifs à l'histoire, la religion, les antiquités et la langue de Rome qui, sans elle, pourraient être perdus. Une partie non négligeable des travaux de Varron ou des Origines de Caton l'Ancien et d'autres érudits anciens a survécu dans ses pages.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Maurus Servius Honoratus/ Portail de la Rome antique/ Portail de la littérature/ Portail de la langue latine/ Catégories : Grammairien latin

 

Astérios d'Amasée

Évêque d'Amasée de la fin du 4ème siècle

 

Ses homélies festives, dont 16 ont été conservées, dévoilent un auteur de bonne formation rhétorique, acquise sans doute à Antioche*.

 

Il est peu enclin aux spéculations théologiques ou exégétiques, et préfère les leçons morales.

 

Les signes de l'influence des Cappadociens* sont également visibles. C'est un témoin intéressant du développement de la liturgie et du culte des saints, entre les conciles de Constantinople* et d'Éphèse.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Astérios d'Amasée/ Portail des chrétiens d’Orient/ Catégories : Religieux byzantin/ Évêque du Pont

 

Traianus (magister peditum) (mort en 378)

Général romain sous l'empereur Valens

 

Entre 367 et 368, il occupa le poste militaire de dux Aegypti*. Pendant son mandat, lui et le praefectus augustalis Eutolmius Tatianus, ont protégé l'évêque arien Lucius d'Alexandrie. Il a également reçu l'ordre de reconstruire le Césarée* et il a commencé le bâtiment le 1er mai 368.

 

Entre 371 et 374, il était militaris rei* dans l'Est, où, avec  le roi alaman Vadomarius il a combattu les Sassanides*.

 

À la fin de l'hiver, le roi sassanide Shapur II rassembla son armée et se déplaça contre le territoire romain.

 

L'empereur Valens envoya Vadomarius et Traianus contre lui, avec une armée forte et l'ordre de garder les Sassanides sous contrôle mais d'éviter de les provoquer au combat.

 

Cependant, à Vagabanta*, la cavalerie sasanide a forcé l'infanterie romaine au contact. L’infanterie a d'abord tenté de rompre le contact, mais a ensuite vaincu l'ennemi. Les rencontres suivantes ont eu des résultats alternatifs et donc, à la fin de l'été, les généraux ont signé une trêve et se sont retirés.

 

En 374, alors qu'il commandait les troupes romaines en Arménie*, il fut secrètement ordonné par Valens de tuer le roi Papas (Pap). Traianus obtint la confiance de Papas et l'invita à dîner. Pendant le banquet, Traianus quitta la pièce et un tueur exécuta Papas.

 

Plus tard, il fut promu au grade de magister peditum* et fut envoyé en Thrace pour combattre lors de la guerre gothique*.

 

En 377, les Goths* furent autorisés à entrer sur le territoire romain mais, opprimés par les officiers romains, ils se rebellent.

 

Rassemblés sous la direction de Fritigern, les Goths marchèrent vers Andrinople*. L'empereur Valens était à l'époque à Antioche, en Syrie, où il préparait la guerre contre les Sassanides.

 

L'empereur décida d'envoyer 2 de ses généraux, Profuturus et Traianus en Thrace avec des troupes fraîches. Les 2 généraux décidèrent de combattre le gros de l'armée ennemie avec leurs troupes arméniennes, qui s'étaient montrées vaillantes, et réussirent à pousser les Goths à l'intérieur des vallées, où ils espéraient les vaincre par la faim.

 

Les troupes romaines étaient néanmoins largement inférieures en nombre aux Goths et, comme les renforts attendus dirigés par Frigeridus n'arrivaient pas, Traianus et Profuturus décidèrent de se retirer et de s'unir aux unités de Richomeres près de la ville d'Ad Salices* (près de Marcianopolis en Mésie).

 

Lorsque la nouvelle de la bataille sanglante arriva à l'Est, Valens envoya à l'Ouest davantage de troupes sous le magister equitum* Saturninus, qui devait remplacer les deux généraux. Quand il est revenu à Constantinople*, Valens a accusé Traianus de lâcheté, mais grâce au soutien du magistri militum Arinthaeus et Victor, Traianus a mis le blâme sur la persécution de Valens des Nicéniens*.

 

En 378, Traianus fut disculpé en faveur de Sebastianus et fut rappelé plus tard en service. Traianus suivit Valens, qui voulait vaincre les Goths avant l'arrivée de l'Ouest de son neveu Gratien avec l'armée occidentale.

 

Valens a combattu les Goths à la bataille d'Andrianople le 9 août 378* ou Traianus et l'empereur y furent tués

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé  Traianus (magister peditum)/ Traduit par mes soins

 

 

Voir période suivante