1er siècle

 

Thrasylle de Mendès: Savant grec - Aka II de Commagène: Princesse de la Commagène - Marcus Iunius Rufus: Préfet d'Égypte entre 94 et 98 - Épictète : Philosophe de l’école stoïcienne - Alexandre Lysimaque : Juif d'Alexandrie - Marcus Antonius Polemo II : Dynaste d'Olba et roi en Cilicie entre 54-69/72 - Marcus Aemilius Lepidus (exécuté en 39) - Caius Sallustius Crispus Passienus : Homme politique romain du 1er siècle - Lysanias II : Tétrarque d'Iturée avant 29 et jusqu'à 37 - Cuspius Fadus : Procurateur de la province de Judée de 44 à 46 - Caius Poppeus Sabinus : Homme politique et général des débuts de l'Empire romain - Ménodote de Nicomédie - Aulus Persius Flaccus dit Perse : Auteur latin du 1er siècle - Flavia Domitilla Major ou Flavie Domitille l'Aînée - Quintus Petillius Cerialis Caesius Rufus : Sénateur romain et chef de guerre dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère - Flavia Domitilla ou sainte Domitille - Zébédée - Jacques de Zébédée dit Jacques le Majeur ou saint Jacques - Titus Petronius Secundus : Haut chevalier romain-Préfet d'Égypte-Préfet du prétoire à la fin du règne de Domitien - Casperius Aelianus : Haut chevalier romain-Préfet du prétoire - Aristobule le mineur ou le Jeune : Prince de la dynastie hérodienne - Tiberius Julius Caesar Nero Gemellus ou Tiberius Gemellus - Pontius Pilatus dit Ponce Pilate - Joseph dit Caïphe : Grand prêtre du Temple de Jérusalem de 18 à la fin 36 ou début 37 - Marcus Antistius Labeo dit Labéon : Juriste romain - Lucius Licinius Sura (vers 40-108) : Sénateur romain de Tarraco-Consul ordinaire en 102 et 107 - Graecinus Laco : Magistrat romain - Lucius Annaeus Cornutus : Stoïcien - Velleius Paterculus : Historien romain - Julia Drusilla fille de Germanicus - Cassius Chaerea - Jude (apôtre) ou Judas aussi appelé Thaddée ou Judas Thaddée : Un des douze apôtres choisis par Jésus - Cossus Cornelius Lentulus : Homme politique-Général romain - Julia Titi ou Julia Flavia (Julia fille de Titus) Gaius Julius Civilis dit Claudius Civilis : Chef des Bataves - Helvidius Priscus : Philosophe stoïcien et homme d'Etat - Cnéius Julius Agricola : Général romain - Lucius Iulius Ursus : Chevalier puis sénateur romain du 1er siècle-Préfet du prétoire-Consul suffect, en 84 sous le règne de Domitien et en 98 et 100 au début du règne de Trajan - Cornelius Fuscus : Chevalier romain - Lucius Iulius Marinus : Sénateur romain-Consul suffect en 93 - Marcus Ulpius Traianus : Sénateur et général romain - Publius Aelius Hadrianus Afer : Sénateur romain du 1er siècle - Lucius Tettius Iulianus : Sénateur et général romain du 1er siècle-Consul suffect en 83 - Siméon de Jérusalem - Caius Antius Aulus Iulius Quadratus : Haut notable de la cité de Pergame-Sénateur romain-Consul suffect en 94 et en 105 sous le règne de Trajan - Rabbel II dit le Sauveur : Dernier roi nabatéen de 70 à 106 - Boéthos de Cilicie : Gouverneur de Cilicie du1 siècle av. jc - Quintus Iunius Arulenus Rusticus : Homme politique romain-consul suffect en 92 - Marie (mère de Jésus) - Élisabeth (mère de Jean le Baptiste) - Zacharie (père de Jean le Baptiste) - Malichos II : Roi des Nabatéens de 40 à 70 - Massa Baebius dit Bebius - Marius Priscus : Proconsul d'Afrique -Aedemon ou Ædemon : Esclave affranchi de Ptolémée de Maurétanie - Caius Julius Hyginus dit Hygin : Auteur et grammairien latin de l'époque augustéenne - Lin (Pape) - Anaclet ou Clet (Cletus) ou Anenclet Clément de Rome - Phraatès VI : Roi arsacide des Parthes en 35 ap. jc - Tiridate III de Parthie : Roi parthe brièvement en 35 ou 36 - Ananie de Damas : Saint de l'Église catholique - Marcus Vinicius (consul en 30)  : Consul romain en 30 et 45 - Aetius (doxographe) dit Aetius le Doxographe : Écrivain grec - Publius Clodius Thrasea Paetus : Sénateur romain et philosophe stoïcien - Fannia : Personnalité de la Rome antique - Domitia Decidiana : Femme romaine - Calgacos ou Galgacus : Personnalité des Celtes de Calédonie - Nero Iulius Caesar Germanicus - Drusus Iulius Caesar ou Drusus III - Junia Claudilla ou Junia Claudia - Lucius Cassius Longinus (consul 30 ap. jc) : Consul Simon le Zélote ou saint Simon le Cananéen : Juif du 1er siècle et l'un des douze apôtres de Jésus-Christ - Cornelius Sabinus : Tribun militaire de la garde prétorienne - Caius Minicius Italus : Haut chevalier romain-Préfet de l'annone-Préfet d'Égypte entre 100 et 103 - Cnaeus Cornelius Lentulus Augur : homme politique romain - Cossus Cornelius Lentulus (consul en 25) : Sénateur romain - Titus Aurelius Fulvus (consul en 85) : Sénateur romain de la fin du 1er siècle - Simon Bargiora dit Simon Bar Giora ou Siméon Bar Giora - Publius Papinius Statius dit Stace : poète de langue latine de la Rome antique - Marcianus Icelus - Titus Vinius : Général romain - Cnaeus Arrius Antoninus : Sénateur romain de la fin du 1er siècle - Aulus Plautius : Général - Sabalus : Un des chefs de tribus de Maurétanie - Caius Suetonius Paulinus : Général romain-Consul ordinaire en 66 - Shammaï  - Nathanaël - Titus Pomponius Bassus : Sénateur romain du 1er siècle-Consul suffect en 94-Gouverneur impérial de Cappadoce-Galatie entre 94/96 et 100 - Quintus Fabius Postuminus : Sénateur romain des 1er et 2ème siècles-Consul suffect en 96 - Shimon ben Gamliel ou Shimon II fils de Gamaliel l'Ancien - Titus Avidius Quietus : Sénateur romain-Consul suffect en 93-Gouverneur de Bretagne entre 97 et 100 - Orodès III : Roi des Parthes de la dynastie des Arsacides de 4 à 8 ap. jc - Julius Sabinus : chef lingon - Libo Rupilius Frugi : Consul suffect - Lollia Paulina - Lucius Mindius : Aristocrate romain - Appius Annius Gallus : Sénateur et général romain du 1er siècle-Consul suffect en 67-Lieutenant d'Othon - Titus Flavius Sabinus (consul en 47) : homme politique de l'Empire romain au 1er siècle - Vononès II : Roi arsacide des Parthes en 51 - Marcus Valerius Messalla (Consul 20) : Sénateur romain et consul pendant le règne de l'empereur Tibère - Marcia - Sextus Aelius Catus : Homme politique et général romain-Consul en 4 - Aelia Pætina : Seconde épouse de l'empereur romain Claude - Sextus Vettulenus Civica Cerialis : Sénateur et général romain-Gouverneur de Judée en 70-71-Consul suffect vers 72/73-Gouverneur de Mésie vers 74/75 à 78/79 - Judas Iscariote : L’un des douze apôtres de Jésus de Nazareth - Vima Kadphisès II : Souverain de l'Empire kouchan d'environ 90 à 100 - Ban Chao ou Pan Tch’Ao : Général chinois - Aulus Avilius Flaccus : Homme politique romain - Marcus Antonius Polemo 1er Philopator : Prêtre de Laodicée du Lycos-Dynaste d'Olba-Roi en Cilicie - Julia Vipsania ou Julia Minor - Marie de Magdala dit Marie Madeleine ou Marie la Magdaléenne dans les Évangiles - Artaban IV : Roi des Parthes de la dynastie arsacide de 80 environ à 90 - Theudas ou Thaddée : Prophète juif - Flavius ​​Liberalis - Caius Oppius Sabinus : Sénateur romain du 1er siècle-Consul ordinaire en 84 avec l'empereur Domitien - Marcus Cornelius Nigrinus : Sénateur romain-Consul suffect en 83-Gouverneur de Mésie inférieure aux environs de 86 à 89 de Syrie entre 96 et 97 - Marcus Aponius Saturninus : Sénateur de la Rome impériale - Rabban Yoḥanan ben Zakkaï dit Yoḥanan ben Zakkaï - Saint Gervais et saint Protais : Martyrs, deux saints du début de l'ère chrétienne toujours associés - Boadicée : Reine celte - Titus Flavius Clemens : Homme politique romain-Consul éponyme avec Domitien en 95 - Titus Clodius Eprius Marcellus: Sénateur romain - Porcius Festus : Procurateur de Judée d'environ 60 à 62 - Drusilla de Maurétanie dite la Jeune : Princesse de Maurétanie - Salomé (Nouveau Testament) dite Marie Salomé : Disciple de Jésus - Titus Flavius Norbanus : Haut chevalier romain-Préfet du prétoire de 94 à 96 - Marcus Mettius Rufus : Haut chevalier romain-Préfet d'Égypte entre 89 et 91/92 - Pétronille ou Petronelle dite Aurelia Petronilla : Personnage vénéré comme vierge et martyre - Barabbas dit Jésus Bar Abbas : Personnage des Évangiles - Iotapa (fille de Sampsiceramus II) : Princesse syrienne de la famille royale d'Emèse - Sextus Attius Suburanus Aemilianus : Chevalier puis sénateur romain-Préfet du prétoire de 98 à 101-Consul suffect en 101 et 104 - Anân ben Seth dit  Anân ou Hanan : Grand prêtre du Temple de Jérusalem de 6-15 - Valerius Gratus : Quatrième préfet romain de Judée de 15 à 26 ap. jc - Marcellus (préfet de Judée) : Préfet romain de la province de Judée - Marcia Furnilla : Dame de la noblesse romaine au 1er siècle - Martial (poète) : Poète latin - Ateius Capiton : Jurisconsulte romain - Bato le Breucien ou Bato des Breuci : Chef des Breuci - Herennius Senecio : Homme politique romain du 1er siècle-Philosophe stoïcien - Masurius Sabinus : Juriste romain - Proculus (juriste) - Mazippa : Chef berbère - Simon le Magicien ou Simon le Mage ou Simon de Samarie - Juvénal : Poète satirique romain de la fin du 1er siècle et du début du 2ème siècle - Mucia Tertia : Matrone romaine qui vécut au 1er siècle av. jc - Caius Cassius Longinus (consul en 30) : Consul suffect en 30-Proconsul de la province d'Asie en 40/41-Légat de Syrie de 41 à 49 - Arria - Julia Agricola - Démétrios le Cynique : Philosophe attique cynique du 1er siècle - Armazel : Roi géorgien de Mtskheta qui règne de 87 à 103 - Marcus AEmilius Lepidus (consul en 6) - Dioscoride ou Pedanius Dioscoride : Médecin, pharmacologue et botaniste grec - Gaius Helvidius Priscus (consul suffect) : Homme politique de l'Empire romain - Marcus Junius Silanus : Consul suffect en 15 - Valère Maxime ou Valerius Maximus : Historien et moraliste romain du 1er siècle - Lucius Vipstanus Messalla : Homme politique de l'Empire Romain - Vardanès II de Parthie - Sanabarès de Parthie : Prétendant au royaume parthe de 50 à 65 - Marcus Asinius Agrippa : Sénateur romain-Consul en 25 - Caius Pompeius Planta : Haut chevalier et historien romain-Préfet d'Égypte entre 98 et 100 sous Trajan - Publius Iulius Lupus : Sénateur romain-Consul suffect en 98 sous Trajan - Cossus Cornelius Lentulus (consul en 60) : Sénateur romain - Lucius Caesennius Antoninus : Homme politique de l'Empire romain - Lucius Junius Caesennius Paetus (consul suffect) : Homme politique de l'Empire romain - Tiberius Catius Asconius Silius Italicus dit Silius Italicus : Poète et homme politique romain - Caius Luccius Telesinus : Sénateur romain actif pendant le 1er siècle - Ulpia Marciana - Lucius Volusius Saturninus (consul suffect) : Homme politique de l'Empire romain - Marcus Aquilius Regulus : Homme politique de l'Empire romain - Philippe (apôtre) - Diophante d'Alexandrie : Mathématicien de langue grecque - Gaius Rubellius Blandus : Sénateur romain -



Lucius Antistius Vetus (consul 55) (mort en 65)

Sénateur romain

Consul pendant l'année 55 en tant que collègue de l'empereur Néron


On pense qu'il est le fils de Gaius Antistius Vetus, consul en 23, et le frère de Gaius Antistius Vetus, consul en 50. Sa fille Antistia Politta a épousé le sénateur Rubellius Plautus.


Immédiatement après son consulat, Vetus fut nommé gouverneur de Germanie Supérieure, où il tenta de construire un canal qui rejoindrait les fleuves Rhin et Rhône et faciliterait le trafic.

Il fut remplacé en 56 par Titus Curtilius Mancia. Il devint gouverneur d'Asie* en 64/65.


Cependant, en l'an 65, Vetus gagna l'hostilité de l'empereur Néron. Tacitus prétend que c'était parce qu'il était le beau-père de Rubellius Plautus, que Néron avait exécuté plusieurs années auparavant, bien que Vetus avait également été accusé d'actes répréhensibles par son affranchi Fortunatus et Claudius Demianus. Néron avait libéré Demianus en échange de ses accusations contre Vetus.


Après que Vetus se soit retiré dans son domaine à Formiae*, sa fille Politta cherchait à plaider sa cause devant l'empereur, mais comme il lui était interdit de l'approcher. Néron l'ignora et elle retourna vers son père avec des nouvelles de son jugement imminent du Sénat. Vetus a convoqué ​​ses esclaves, leur donnant tout son argent et ordonna à chacun de prendre de ses biens tout ce qu'ils pouvaient porter, et avec sa fille et sa belle-mère Sextia, ils se sont suicidés.


Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Lucius Antistius Vetus (consul 55)/ Traduit par mes soins


Juvénal

Poète satirique romain de la fin du 1er siècle et du début du 2ème siècle


Il est l'auteur de 16 œuvres poétiques rassemblées dans un livre unique et composées entre 90 et 127, les Satires.


Après un oubli de 2 siècles, Juvénal fut très lu dès l'Antiquité tardive et au Moyen Âge. Sa vie est cependant très mal connue. Les biographes en sont réduits à des conjectures qui s'inspirent des événements, peut-être réels pour certains d'entre eux, dont il fait état dans les Satires.


Vraisemblablement fils d'un riche affranchi, Juvénal naît probablement pendant le règne de Claude à Aquinum* en Campanie*, si l'on en croit ses dires, il commence sa carrière comme professeur d'éloquence, métier dont il paraît avoir vécu assez convenablement, car il semble qu'il ait acheté une petite ferme à Tibur* (actuelle Tivoli).


Une grande amitié le liait à Martial, l'auteur des Épigrammes. Il semble qu'il ait visité l'Égypte à la fin de sa vie. D'aucuns font même de ce voyage un exil assorti d'une vague mission militaire, résultat de la disgrâce impériale d'Hadrien.


Il serait mort, peut-être en exil, après 128, soit en Libye si l'on croit la Souda*, soit à Syène* selon Claude Saumaise, ou encore à Pentapolis* ou dans les Oasis


Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de Juvénal, Satires (vers 100-125) (texte, traduction et commentaire de Pierre de Labriolle, François Villeneuve et Olivier Sers), Paris, Les Belles Lettres, 1921 ; réédition, 1996 (ISBN 2-251-01102-1)


Rabban Gamliel de Yavné dit Gamaliel II (mort vers 138/140)

Rabbin judéen


Il vécu à la charnière des deux premiers siècles de l’ère commune. Nommé vers 80 à la tête de l'assemblée de Yavné* qui a succédé au Sanhédrin* de Jérusalem,


Fils de Siméon et petit-fils de Gamliel l'Ancien. Son grand-père était un membre du Sanhédrin et son père fut l’un des meneurs de la Grande Révolte contre Rome*. Il fut exécuté en tant que tel mais le principal dirigeant spirituel de l’époque, Yohanan ben Zakkaï, aurait obtenu le pardon pour sa famille auprès de Vespasien.


La famille de Gamliel devient importante à partir de la période de Yavné. Elle semble être indépendante des partis d'Hillel ou de Shammaï, même si des traditions plus tardives font de Gamliel 1er le petit-fils d’Hillel. Bien qu'il n'appartienne pas à l'école de Hillel, Gamliel est choisi par Yohanan ben Zakkaï pour lui succéder à la direction de l'académie de Yavné environ 10 ans après la chute du Temple vers 80/85.


Il semble être le premier à recevoir le titre de nasi* (« prince », souvent traduit par président ou patriarche). Il préside l'académie que Yohanan ben Zakkaï semble avoir transformée en assemblée ou synode, dans le but de la substituer au Sanhédrin disparu dans la tourmente de la révolte de 66/74. Son élection par les rabbins est confirmée par le gouverneur romain de Syrie*, bien que son père, Simon ben Gamaliel ait été l'un des chefs de la révolte.


L'autorité et la légitimité nouvelles du nasi, est spirituelle plus que politique. Comme son prédécesseur Yohanan ben Zakkaï, Gamaliel a eu aussi pour tâche de fixer le calendrier, de proclamer les jours fastes, les jours de fêtes et les jours de jeûne, à laquelle s'est ajoutée celle de nommer les juges et de prononcer éventuellement des anathèmes à l'égard de ceux des Judéens* jugés comme déviants ou apostats.


À l'époque de Rabban Gamaliel, les notzrim* (Nazaréens) sont considérés comme une secte hérétique ;

la Pessa'h* (Pâque juive) peut être fêtée sans offrir le traditionnel sacrifice de l'agneau pascal du fait de la destruction du second temple de Jérusalem et un nouveau texte, la Haggada*, explique et accompagne le rituel du soir de la Pâque. L'étude devient l'activité la plus importante de la vie juive.


À la fin du règne de l'empereur romain Domitien, il séjourne à Rome à la tête d'une délégation de l'académie de Yabneh, peut-être pour prévenir une action contre les Judéens de la part de cet empereur.


C'est un dirigeant controversé, qui n'hésite pas à anathématiser son beau-frère, Rabbi Eliezer ben Hyrcanus, lorsque celui-ci, certain de son droit, refuse de se plier à l'avis de la majorité qu'il estime faux, ni à humilier Rabbi Yehoshoua ben Hanania lors d'une discussion sur la fixation du calendrier. Il est alors déposé par les sages de Yavné*.


Dans ce conflit, Rabbi Akiva représente la voie de la modération. Les membres de l'académie envisagent d'élire Rabbi Akiva pour remplacer Gamaliel, mais finalement ils choisissent Éléazar ben Azariah dans des conditions énigmatiques et dramatiques. Selon le Talmud*, ce qui aurait pesé dans la décision des sages serait les origines prosélytes de Rabbi Akiva. Gamaliel est ensuite renommé à la charge de nasi, probablement après l'échec de la révolte de Bar Kokhba en 135.


Une fois réintégré, il n'hésite pas, en représailles, à interdire de rapporter un quelconque enseignement au nom de Rabbi Meïr ou Rabbi Nathan qui ont instigué la révolte. Cet interdit fut peu respecté. Il lutte contre les Juifs chrétiens et lance un anathème contre Rabbi Yehoshoua ben Hanania, pour une hypothétique sympathie à l'égard du message de Jésus de Nazareth.


Gamaliel est un personnage important du mouvement des rabbins*. Les écrits juifs ont surtout retenu qu'il a œuvré à la conservation des traditions anciennes et qu'il a pris certaines décisions en matière de calendrier liturgique et de halakha*. C'est lui par exemple qui est à l'origine de la récitation trois fois par jour de la prière des dix-huit bénédictions* (Shemoneh-'esreh) édictée par Shim'on haPaqoli et de l'amélioration ou la composition de la Bénédiction des hérétiques* (Birkat ha-Minim) composée par Samuel ha-Katan.


Un des fils de Gamaliel, Shimon ben Gamliel II préside à son tour le Sanhédrin, qui s'est reconstitué en Galilée* après la défaite de la Révolte de Bar Kokhba et l'expulsion des Juifs d'une grande partie de la Judée en 135.


À ses funérailles, Gamaliel avait donné comme directive que son corps devait être enveloppé dans le linceul le plus simple possible. Par là, il voulait faire échec à l'extravagance qui était devenue la règle de l'ordonnance des obsèques, et son but fut atteint ; son exemple est devenu la règle.


Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Simon Claude Mimouni, Le judaïsme ancien du 6ème siècle avant notre ère au 3ème siècle de notre ère, Paris, PUF, 2012

 

voir période suivante