1er siècle

 

Thrasylle de Mendès: Savant grec - Aka II de Commagène: Princesse de la Commagène - Marcus Iunius Rufus: Préfet d'Égypte entre 94 et 98 - Épictète : Philosophe de l’école stoïcienne - Alexandre Lysimaque : Juif d'Alexandrie - Marcus Antonius Polemo II : Dynaste d'Olba et roi en Cilicie entre 54-69/72 - Marcus Aemilius Lepidus (exécuté en 39) - Caius Sallustius Crispus Passienus : Homme politique romain du 1er siècle - Lysanias II : Tétrarque d'Iturée avant 29 et jusqu'à 37 - Cuspius Fadus : Procurateur de la province de Judée de 44 à 46 - Caius Poppeus Sabinus : Homme politique et général des débuts de l'Empire romain - Ménodote de Nicomédie - Aulus Persius Flaccus dit Perse : Auteur latin du 1er siècle - Flavia Domitilla Major ou Flavie Domitille l'Aînée - Quintus Petillius Cerialis Caesius Rufus : Sénateur romain et chef de guerre dans la seconde moitié du 1er siècle de notre ère - Flavia Domitilla ou sainte Domitille - Zébédée - Jacques de Zébédée dit Jacques le Majeur ou saint Jacques - Titus Petronius Secundus : Haut chevalier romain-Préfet d'Égypte-Préfet du prétoire à la fin du règne de Domitien - Casperius Aelianus : Haut chevalier romain-Préfet du prétoire - Aristobule le mineur ou le Jeune : Prince de la dynastie hérodienne - Tiberius Julius Caesar Nero Gemellus ou Tiberius Gemellus - Pontius Pilatus dit Ponce Pilate - Joseph dit Caïphe : Grand prêtre du Temple de Jérusalem de 18 à la fin 36 ou début 37 - Marcus Antistius Labeo dit Labéon : Juriste romain - Lucius Licinius Sura (vers 40-108) : Sénateur romain de Tarraco-Consul ordinaire en 102 et 107 - Graecinus Laco : Magistrat romain - Lucius Annaeus Cornutus : Stoïcien - Velleius Paterculus : Historien romain - Julia Drusilla fille de Germanicus - Cassius Chaerea - Jude (apôtre) ou Judas aussi appelé Thaddée ou Judas Thaddée : Un des douze apôtres choisis par Jésus - Cossus Cornelius Lentulus : Homme politique-Général romain - Julia Titi ou Julia Flavia (Julia fille de Titus) Gaius Julius Civilis dit Claudius Civilis : Chef des Bataves - Helvidius Priscus : Philosophe stoïcien et homme d'Etat - Cnéius Julius Agricola : Général romain - Lucius Iulius Ursus : Chevalier puis sénateur romain du 1er siècle-Préfet du prétoire-Consul suffect, en 84 sous le règne de Domitien et en 98 et 100 au début du règne de Trajan - Cornelius Fuscus : Chevalier romain - Lucius Iulius Marinus : Sénateur romain-Consul suffect en 93 - Marcus Ulpius Traianus : Sénateur et général romain - Publius Aelius Hadrianus Afer : Sénateur romain du 1er siècle - Lucius Tettius Iulianus : Sénateur et général romain du 1er siècle-Consul suffect en 83 - Siméon de Jérusalem - Caius Antius Aulus Iulius Quadratus : Haut notable de la cité de Pergame-Sénateur romain-Consul suffect en 94 et en 105 sous le règne de Trajan - Rabbel II dit le Sauveur : Dernier roi nabatéen de 70 à 106 - Boéthos de Cilicie : Gouverneur de Cilicie du1 siècle av. jc - Quintus Iunius Arulenus Rusticus : Homme politique romain-consul suffect en 92 - Marie (mère de Jésus) - Élisabeth (mère de Jean le Baptiste) - Zacharie (père de Jean le Baptiste) - Malichos II : Roi des Nabatéens de 40 à 70 - Massa Baebius dit Bebius - Marius Priscus : Proconsul d'Afrique -Aedemon ou Ædemon : Esclave affranchi de Ptolémée de Maurétanie - Caius Julius Hyginus dit Hygin : Auteur et grammairien latin de l'époque augustéenne - Lin (Pape) - Anaclet ou Clet (Cletus) ou Anenclet Clément de Rome - Phraatès VI : Roi arsacide des Parthes en 35 ap. jc - Tiridate III de Parthie : Roi parthe brièvement en 35 ou 36 - Ananie de Damas : Saint de l'Église catholique - Marcus Vinicius (consul en 30)  : Consul romain en 30 et 45 - Aetius (doxographe) dit Aetius le Doxographe : Écrivain grec - Publius Clodius Thrasea Paetus : Sénateur romain et philosophe stoïcien - Fannia : Personnalité de la Rome antique - Domitia Decidiana : Femme romaine - Calgacos ou Galgacus : Personnalité des Celtes de Calédonie - Nero Iulius Caesar Germanicus - Drusus Iulius Caesar ou Drusus III - Junia Claudilla ou Junia Claudia - Lucius Cassius Longinus (consul 30 ap. jc) : Consul Simon le Zélote ou saint Simon le Cananéen : Juif du 1er siècle et l'un des douze apôtres de Jésus-Christ - Cornelius Sabinus : Tribun militaire de la garde prétorienne - Caius Minicius Italus : Haut chevalier romain-Préfet de l'annone-Préfet d'Égypte entre 100 et 103 -

Cnaeus Cornelius Lentulus Augur : homme politique romain - Cossus Cornelius Lentulus (consul en 25) : Sénateur romain - Titus Aurelius Fulvus (consul en 85) : Sénateur romain de la fin du 1er siècle - Simon Bargiora dit Simon Bar Giora ou Siméon Bar Giora - Publius Papinius Statius dit Stace : poète de langue latine de la Rome antique - Marcianus Icelus - Titus Vinius : Général romain - Cnaeus Arrius Antoninus : Sénateur romain de la fin du 1er siècle - Aulus Plautius : Général - Sabalus : Un des chefs de tribus de Maurétanie - Caius Suetonius Paulinus : Général romain-Consul ordinaire en 66 - Shammaï  - Nathanaël - Titus Pomponius Bassus : Sénateur romain du 1er siècle-Consul suffect en 94-Gouverneur impérial de Cappadoce-Galatie entre 94/96 et 100 - Quintus Fabius Postuminus : Sénateur romain des 1er et 2ème siècles-Consul suffect en 96 - Shimon ben Gamliel ou Shimon II fils de Gamaliel l'Ancien - Titus Avidius Quietus : Sénateur romain-Consul suffect en 93-Gouverneur de Bretagne entre 97 et 100 - Orodès III : Roi des Parthes de la dynastie des Arsacides de 4 à 8 ap. jc - Julius Sabinus : chef lingon - Libo Rupilius Frugi : Consul suffect - Lollia Paulina - Lucius Mindius : Aristocrate romain - Appius Annius Gallus : Sénateur et général romain du 1er siècle-Consul suffect en 67-Lieutenant d'Othon - Titus Flavius Sabinus (consul en 47) : homme politique de l'Empire romain au 1er siècle - Vononès II : Roi arsacide des Parthes en 51 - Marcus Valerius Messalla (Consul 20) : Sénateur romain et consul pendant le règne de l'empereur Tibère - Marcia - Sextus Aelius Catus : Homme politique et général romain-Consul en 4 - Aelia Pætina : Seconde épouse de l'empereur romain Claude - Sextus Vettulenus Civica Cerialis : Sénateur et général romain-Gouverneur de Judée en 70-71-Consul suffect vers 72/73-Gouverneur de Mésie vers 74/75 à 78/79 - Judas Iscariote : L’un des douze apôtres de Jésus de Nazareth - Vima Kadphisès II : Souverain de l'Empire kouchan d'environ 90 à 100 - Ban Chao ou Pan Tch’Ao : Général chinois -

 

Aulus Avilius Flaccus

Homme politique romain

 

Il fut nommé par l'empereur romain Tibère gouverneur d'Égypte*en 31 ou en 32, et ce pour une durée de 6 ans. Les premières années de son règne furent sans histoire, Flaccus administrant la région avec compétence et respect des mœurs et populations locales.

 

Il était proche de Tiberius Gemellus, petit-fils de Tibère, qu'il considérait comme le successeur légitime de l'empereur, fuyant le parti du futur empereur Caligula. À la mort de Tibère, en 37, c'est pourtant Caligula qui prend le pouvoir, grandement aidé par le préfet du prétoire Macron. Ce changement à la tête de l'Empire marque un changement radical dans les actions et l'administration de Flaccus en Égypte.

 

Philon d'Alexandrie lui prête toutes sortes d'actions en défaveur de la communauté juive d'Alexandrie, après le passage à Alexandrie en 38 d'Hérode Agrippa 1er, fraîchement nommé roi de la tétrarchie de feu son oncle Hérode Philippe. Il est acclamé par les Juifs qui voient dans son ascension des espoirs de renouveau national juif. Cette visite entraîne de grandes émeutes qui ensanglantèrent la ville plusieurs jours durant.

 

Flaccus va continuer ses actions à l'encontre des Juifs, lesquels souffrirent un changement de statut, étant désormais considérés en tant qu'étrangers, leur cantonnement dans une bande étroite d'un des cinq quartiers de la ville, le pillage de leurs maisons, mais encore la profanation de leurs proseuques*, où Flaccus fit installer, en l'honneur de Caligula à qui il cherchait à plaire, des boucliers à l’effigie de l'empereur.

 

Flaccus avait trempé dans la conspiration qui avait abouti à l'assassinat de Germanicus en 19, homme grandement aimé du peuple romain mais avant tout père de l'empereur Caligula. Alors que les plaintes accouraient à lui dénonçant les exactions de Flaccus en Égypte, Caligula envoya un groupe de soldats capturer le gouverneur à Alexandrie, et le fit juger. Le jugement, ordonné par Caligula, fut l'exil à Gyare*, île de la mer Égée. Néanmoins, après l'intervention de Lepidus, son infortune fut adoucie et on l'envoya à Andros*, dans le voisinage de Gyare.

 

Quelques mois plus tard, vers le commencement de l'année 39, une troupe de soldats débarqua à Andros, et mit à mort Flaccus.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Aulus Avilius Flaccus/ Portail de la Rome antique/ Fonctionnaire impérial

 

Marcus Antonius Polemo 1er Philopator (mort en 41/54)

Prêtre de Laodicée du Lycos,

Dynaste d'Olba

Roi en Cilicie

 

Ce personnage a été parfois confondu avec son neveu et presque homonyme Polémon II du Pont.

Marcus Antonius Polemo est probablement le second fils de Polémon 1er du Pont et de la reine Pythodoris de Trallès.

 

Son gentilice se réfère au triumvir Marc Antoine car la mère de Pythodoris de Trallès, Antonia Evergètes à Smyrne* était réputée être une fille illégitime d'Antoine qui avait peut être pour cette raison largement favorisé la carrière de Polémon 1er.

 

Marcus Antonius Polemo est le frère cadet d'Artaxias III Zénon roi d'Arménie et le fils anonyme de Pythodoris de Trallès évoqué par son contemporain Strabon et qui semble avoir exercé une corégence avec sa mère dans le Pont* :

 

Il débute cependant sa carrière publique vers 15 en occupant la fonction de prêtre éponyme* de la cité de Laodicée* du Lycos* berceau de sa famille paternelle. Il reçoit vers 19 en remplacement d'Ajax fils de Teucer, le sanctuaire de Zeus Olbien à Olba en Cilicie* qu'il dirige comme dynaste*.

 

Il est également le tuteur de 2 des enfants de sa sœur Antonia Tryphaena, Caius Julius Rhoemetalcès et Pythodoris II. En 41 alors que l'union de son autre nièce Gepaepyris avec Aspourgos du Bosphore avait mis définitivement fin aux prétentions de sa famille sur le royaume du Bosphore*. Il reçoit en compensation de l'empereur Claude le titre de roi en Cilicie.

 

Marcus Antonius Polemo 1er meurt à une date indéterminée.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Maurice Sartre Le Haut-Empire romain. Les provinces de la Méditerranée orientale d'Auguste aux Sévères Point Histoire n° H220 Éditions du Seuil Paris 1997 (ISBN 2020281538).

 

Julia Vipsania ou Julia Minor (19 av. jc- vers 28)

 

Fille de Marcus Vipsanius Agrippa et de Julia. Elle épouse Lucius Aemilius Paullus, fils de Aemilius Lepidus Paullus ou Paul Emile Lépide le censeur*, et a deux enfants, Aemilia Lepida et Marcus Aemilius Lepidus.

 

Comme sa mère avant elle, elle est exilée en l'an 8 sur l'île de Pandateria* en raison de sa liaison coupable avec Junius Silanus. Auguste lui défendit de reconnaître et d'élever l'enfant qu'elle avait mis au monde quelque temps après sa condamnation. À la mort d'Auguste, celui-ci avait interdit qu'elle soit inhumée avec lui dans le même tombeau

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Julia Vipsania/ Portail de la Rome antique/Catégories : Personnalité féminine du Ier siècle

 

Marie de Magdala dit Marie Madeleine ou Marie la Magdaléenne dans les Évangiles

Disciple de Jésus

 

Elle le suit jusqu'à ses derniers jours, assiste à sa Résurrection. Elle est citée au moins douze fois dans les quatre évangiles canoniques, plus que la plupart des apôtres. L'Évangile selon Jean écrit au plus tôt vers 90-95 en fait la première personne à avoir vu Jésus après sa Résurrection, chargée d'avertir les apôtres. Ce motif est repris dans une fin ajoutée au 4ème siècle à l'Évangile selon Marc.

 

L'Église de Rome considéra, à partir de Grégoire 1er au 6ème siècle, que Marie de Magdala ne faisait qu'une avec Marie de Béthanie ainsi qu'avec la pécheresse qui oint le Christ de parfum. Cette position a été abandonnée par l'Église catholique après Vatican II.

 

Pour Raban Maur (9ème siècle), Marie Madeleine tire son nom de la ville de Magdala* dont elle serait originaire. Toutefois, le nom Magdala n'est pas attesté à l'époque de Jésus et dans les deux premiers siècles de notre ère. Aucune ville portant ce nom aux alentours du lac de Tibériade* n'est mentionnée dans l'Ancien Testament*. Dans l'Évangile selon Matthieu, il est mentionné que Jésus a utilisé une barque pour se rendre dans le territoire de Magadan.

 

Certains auteurs estiment que ce nom de Magadan est équivalent au nom Magdala. Toutefois des spécialistes de ces langues sont beaucoup plus sceptiques sur le fait que Magadan renverrait au mot « tour », que ce soit en araméen ou en hébreu. De plus, l'Évangile selon Marc, écrit une dizaine d'années plus tôt que celui de Matthieu et sur lequel ce dernier est fondé, n'appelle pas ce site Magadan, mais Dalmanoutha, ce qui n'a aucun rapport avec Magdala ou avec une tour.

 

La plus ancienne mention de la ville de Magdala semble se trouver dans le Talmud où elle est appelée Migdal Zab'ayya ou Migdal Nunia. La Mishna* dont fait partie le traité Pesachim* a été promulguée par Rabbi Yehouda ha-Nasi vers 200-220. Cette ville semble située au nord de Tarichae*, à moins que ce ne soit une nouvelle désignation pour la ville de Tarichae, qui était une cité importante à l'époque de Jésus, comme par la suite.

 

On considère généralement que le village arabe d'al-Majdal, détruit en 1948 sur décision des autorités israéliennes, était l'héritier de Migdal Zab'ayya mentionné dans le Talmud 17 siècles plus tôt et qu'il donne une indication de la position de la ville appelée traditionnellement Magdala.

 

Pour les quatre Évangiles, elle fut le premier témoin de la Passion du Christ et de la Résurrection de Jésus. Ils la mentionnent assistant à la mise en croix avec les autres femmes; dans les trois Évangiles synoptiques elle assiste également à la mise au tombeau.

 

Un texte du codex de Berlin*, écrit en copte à la fin du 2ème siècle, porte son nom : l’Évangile de Marie. Il s'agit d'un texte gnostique comprenant un dialogue entre le Christ et Marie de Magdala, celle-ci le restituant aux apôtres, suivi de dialogues entre Marie et eux.

 

Dans la Pistis Sophia*, texte gnostique en copte datant de 350 environ, Jésus dialogue avec Marie Madeleine et les autres disciples.

 

Les Pères de l’Église soulignent tout d'abord son rôle de premier témoin de la Résurrection; elle est pour cela désignée comme l'Apôtre des Apôtres par Hippolyte de Rome.

 

Saint Jean Chrysostome souligne son courage, et celui des autres femmes, restées au pied de la Croix alors que les disciples s'étaient enfuis.

 

Marie Madeleine apparaît au 8ème siècle au martyrologe de Bède le vénérable, où elle est célébrée comme sainte le 22 juillet.

 

Traditionnellement, Marie Madeleine est la patronne des cordiers, métier exercé par les lépreux

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marie de Magdala /Portail des religions et croyances/ Catégories : Personnage du Nouveau Testament

 

.

 

voir période suivante