11ème.

 

Magnús 1er Olafsson den Gode dit Magnus 1er de Norvège dit le Bon: Roi de Norvège et Roi de Danemark - Godwin de Wessex ou Godwine: Noble anglo-saxon - Étienne II de Blois: Comte de Blois de Châteaudun de Chartres et de Meaux-Seigneur de Sancerre, Saint-Florentin, Provins, Montereau, Vertus, Oulchy-le-Château, Château-Thierry, Châtillon-sur-Marne et Montfélix - Emnilda słowiańska dit Emnilda de Lusace - Radzim Gaudenty dit Gaudentius: Archevêque de Gniezno - Sigurd Syr : Sous-roi de Ringerike jusqu'en 1018 - Harald III Sigurdsson dit Harald III de Norvège : Roi de Norvège de 1046 à 1066 - Sven Knutsson de Norvège : Roi de Norvège de 1030 à 1035 - Galéran III de Meulan ou Valéran III : Vicomte de Meulan à partir de 1005-Comte de Meulan peu avant 1015 - Hugues III de Meulan-Comte de Meulan de 1069 à 1077 - Henri II de Louvain dit le ceinturé : Comte de Louvain et de Bruxelles de 1054 à 1078 - Adèle de Betuwe ou Adélaïde de Bétuwe : Comtesse des Basques - Simon de Vexin ou Simon de Crépy : Comte d'Amiens de Vexin et de Crépy en Valois de 1074 à 1077 - Adélaïde de Valois - Jean Fasano dit Jean XVIII : Pape de Noël 1003 à  juin 1009 - Dame Gytha Clapa de Montfort-de-Bretagne dite de Gaël - Geoffroy II du Perche : Comte de Mortagne-Seigneur de Nogent de 1060 à 1090-Comte du Perche de 1090 à 1100 - Georges Cédrène : Historien byzantin qui a vécu à la fin du 11ème siècle - Richezza de Lorraine dite Richezza de Pologne : Reine de Pologne de 1025 à 1031-duchesse de Pologne de 1032 à 1034 - Benoît de Cornouaille : Abbé de l'Abbaye Sainte-Croix de Quimperlé en 1066-Évêque de Nantes de 1079/1081 à 1114 - Gérard de Cambrai ou Gérard de Florennes : Évêque de Cambrai de 1012 à sa mort - Thierry III de Frise occidentale dit de Jérusalem : Comte en Frise occidentale de 995 à 1039 - Ezzo de Lotharingie ou Ezzon : Comte palatin de Lotharingie - Otto Bolesławowic : Prince polonais de la dynastie Piast - Dytryk  ou Dietrich : Duc polonais de 1032 à 1033 - Oliva ou Oliba de Besalù : Comte de Berga-Comte de Ripoll-Évêque de Vic - Abd al-Malik ibn Abi al-Muzaffar dit Abd al-Malik al-Muzaffar : Chef politique et militaire - Osgod Clapa ou Osgot : Noble anglo-saxon - Armengol d'Urgell ou Ermengol : Évêque d'Urgell de 1010 à 1035 - Vazul - Otton II de Mâcon : Comte de Mâcon de 1004 à 1049 - Adélaïde de Normandie ou Adeliza, ou Aélis - Gérold II de Genève : Comte de Vienne - Hugues 1er de Salins : Archevêque de Besançon de 1031 à 1066 - Louis de Scarpone ou de Mousson dit Louis de Montbéliard  : Comte de Montbéliard, d’Altkirch et de Ferrette-Par son mariage comte de Bar et seigneur de Mousson - Pons Guillaume de Toulouse ou Pons II : Comte de Toulouse, d’Albi, d’Agen et du Quercy de 1037 à 1060 - Gothelon II de Lotharingie ou Gozelo II dit le Fainéant - Jean de Bayeux ou Jean de la Rivière - Florence de Worcester : Moine de Worcester - Yahya d'Antioche, en arabe Yahya ibn Sa'id al-Antaki : Historien de langue arabe qui vécut au 11ème siècle - Richard de Montfort : Seigneur de Montfort l'Amaury Guillaume 1er de Garlande : Seigneur de Garlande et de Livry-Gargan, de Gournay-sur-Marne - Robert II de Flandre dit Robert II de Jérusalem  - Florent 1er de Frise occidentale : Comte en Frise Occidentale de 1049 à 1061 - Gertrude de Saxe - Guillaume de Montgommery - Svein Håkonsson : Jarl de Hlaðir-Gouverneur de la Norvège de 1015 à 1016 Suppo : Bénédictin lombard-7ème abbé du Mont Saint-michel de 1033 à 1048 - Robert 1er de Grandmesnil - Willelmus Flagitellus dit Guillaume Flaitel : Évêque d'Évreux de 1046 à 1066 - Sophie de Bar : Comtesse de Bar et de Mousson - Frédéric III de Lorraine : Comte de Bar-Duc de Haute Lotharingie - Ernest 1er de Souabe : Duc de Souabe de 1012 à 1015 - Ernest II de Souabe : Duc de Souabe de 1015 à 1030 - Knut IV de Danemark dit le Saint : Roi de Danemark de 1080 à 1086 - Marguerite d'Écosse dite sainte Marguerite : Princesse anglo-saxonne de la maison de Wessex-Reine d'Écosse - Adam de Brême : Chroniqueur et géographe germanique - Raoul IV de Beaumont au Maine : Vicomte du Mans - Raoul VI Payen de Beaumont-au-Maine - Landry de Nevers ou de Maers : Comte de Nevers de 989 à 1028 - Enguerrand 1er de Ponthieu : Avoué de Saint-Riquier-Comte de Ponthieu -  Sanche 1er d'Aragon ou Sancho Ramirez - Amaury II de Montfort : Quatrième seigneur de Montfort l'Amaury - Rognvald Brusason dit Rognvald II Brusason : co-Jarl des Orcades de 1037 à 1046 - Magnus Erlendsson Helgi dit Saint Magnus : Comte des Orcades de 1108 à 1117 - Bernard II de Saxe : Duc de Saxe de 1011 à 1059 - Eudon 1er de Porhoët : Vicomte de Rennes-Seigneur de Porhoët de 1074 à sa mort, après 1092 - Guy II de Laval dit Le Chauve : Troisième seigneur de Laval - Egbert 1er de Misnie : Margrave de Misnie de 1067 jusqu'à sa mort - Al-Musta'în bi-llah Sulayman ibn al-Hakam dit Sulayman ben al-Hakam : Calife omeyyade de Cordoue de 1009 à 1010 puis de 1013 à 1016 - Muhammad II (Omeyyade) Al-Mahdî bi-llah Muhammad ben Hichâm dit Muhammad II - Thierry IV de Frise occidentale : Comte en Frise Occidentale de 1039 à 1049 - Albert III de Namur : Comte de Namur de 1063 à sa mort - Henri 1er de Limbourg : Comte de Limbourg et d'Arlon de 1082 à 1119-Duc de Basse Lotharingie de 1101 à 1106 - Otton de Northeim ou de Nordheim : Duc de Bavière de 1061 jusqu'en 1070 - Thibaud de Montlhéry dit Thibaud File Etoupe : Sire ou seigneur de Montlhéry - Richard Goz : Baron normand du 11ème siècle-Vicomte de l'Avranchin - Henri III de Louvain : Comte de Louvain et de Bruxelles de 1078 à 1095 - Hodierne de Gometz - Sven II de Danemark dit Sven II Estridsen : Roi de Danemark de 1047 à 1076 - Thorkell le Grand : Chef viking - Eudes III de Champagne : Comte de Troyes et de Meaux de 1045/1048 à 1063/1065 - Guillaume de Gometz : Premier seigneur connu de Gometz le château - Erling Skjalgsson : Chef politique norvégien - Judith d'Évreux : Noble normande-Comtesse de Sicile - Robert II d'Auvergne : Comte d'Auvergne et de Rouergue - Lambert II de Lens : Comte de Lens - Enguerrand II de Ponthieu : Comte de Ponthieu-Seigneur d'Aumale de 1052 à 1053 - Godefroi de Conversano : Baron italo-normand du duché d'Apulie-Seigneur de Montepeloso vers 1067-Seigneur de Nardò, de Brindisi et de Monopoli en 1070-Seigneur de Matera en 1080-Comte de Conversano de 1072 à sa mort - Estrid des Obotrites : Reine de Suède - Siegfried de Suède dit Saint Siegfried : Prêtre puis évêque - Hugues ou Hugo (évêque d'Évreux) : Évêque d'Évreux - Néel II de Saint-Sauveur : Baron normand du 11ème siècle-Vicomte du Cotentin-Seigneur de Saint-Sauveur en Normandie occidentale - Baudri de Bourgueil ou Baudry : Chroniqueur et prélat de la fin du 11ème siècle et du début du 12ème siècle - Radulphe ou Raoul de Beaumont : Bénédictin normand-Huitième abbé du Mont Saint-Michel de 1048 à 1060 - Donald III dit le blond : Roi d'Écosse de 1093 à 1094 puis de 1094 à 1097 - Jean Comnène (domestique des Scholes) : Aristocrate et un militaire byzantin - Cosmas 1er : Patriarche de Constantinople du 2 août 1075 environ au 8 mai 1081 - Alfred AEtheling ou ætheling : Prince anglo-saxon - Malcolm II ou Máel Coluim mac Cináeda : Roi des Scots de 1005 jusqu'à sa mort - Ealdred II de Bernicie : Comte de Bernicie du début des années 1020 à sa mort - Eadwulf Cudel - Hermann IV de Souabe : Duc de Souabe de 1030 à 1038 - Hermann III de Souabe : Duc de Souabe de 1003 jusqu'à sa mort - Simon 1er de Senlis : Comte de Northampton-Comte de Huntingdon en droit de sa femme - Bertholde de Toul : 36ème évêque de Toul du 3 octobre 995 au 25 septembre 1018 - Guillaume III de Toulouse dit Taillefer : Comte de Toulouse, d’Albi et du Quercy de 978 à 1037 - Guillaume II de Provence dit le Pieux : Comte de Provence (993-1018) - Agathe (femme d'Édouard l'Exilé) : Mère de la reine Marguerite d'Écosse - Edmond AEtheling : Prince de la maison de Wessex -

 

 

Turgot de Durham ou Thurgot (vers 1050-1115)

Prélat anglo-saxon

Archidiacre et prieur de Durham

Évêque de St Andrews en 1107

 

Il est également l'auteur d'une hagiographie de la reine Marguerite d'Écosse.

 

Turgot est originaire de l'ancien royaume de Lindsey*, correspondant à l'actuel comté de Lincolnshire*.

 

Après la conquête normande de l'Angleterre, il est retenu comme otage au château de Lincoln*, mais il parvient à s'enfuir en Norvège où il enseigne la psalmodie* au roi Olaf.

 

Vers 1074, il revient en Angleterre et entre comme clerc au monastère de Jarrow*. Il devient ensuite moine à Wearmouth*, et en 1087 il est nommé prieur du monastère de Durham*, succédant à Aldwin.

 

À partir de 1093, il est également archidiacre* de la cathédrale de Durham*. Il devient alors un familier de la cour royale d'Écosse et le confesseur de la reine Marguerite, dont il rédige une hagiographie entre 1100 et 1107 à la demande de sa fille Mathilde, l'épouse du roi d'Angleterre Henri 1er.

 

En juin 1107, Turgot est élu évêque de St Andrews* conformément au souhait du roi Alexandre 1er, un fils de Marguerite.

 

Sa consécration est différée en raison d'un différend avec l'archevêque d'York*, qui estime détenir la primauté sur le siège de St Andrews, et elle n'intervient pas avant le 1er août 1109.

 

Selon le chroniqueur Siméon de Durham, il s'estime indigne d'exercer cette fonction et souhaite partir pour Rome, mais le roi l'en empêche. Il tombe alors malade et rentre à Durham, où il meurt le 31 août 1115

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Turgot of Durham »

 

Renaud 1er de Château-Gontier (mort entre octobre 1040 et 1046)

Seigneur de Château-Gontier en Anjou

               

Le document qui nous fait remonter le plus haut dans l'histoire des premiers seigneurs de Château-Gontier, est la charte notice relatant la fondation même du château et de la ville. Elle est en tête du Cartulaire* de Saint-Aubin*, raconte l'établissement du château par Foulque Nerra, l'année même de la naissance de Geoffroy Martel en 1007, dans le territoire de Bazouges*, que le comte avait retiré sur les religieux de Saint-Aubin depuis plusieurs années en échange d'Hondainville*.

 

La notice est supposée être rédigée en 1037, en présence du comte d'Anjou et de son fils, dans l'Abbaye Saint-Aubin d'Angers. Mais il n'en est rien, comme il ressort évidemment d'un mot du texte de la charte : il y est dit que Renaud s'engagea à payer un cens à l'abbaye pour son château, ce qu'il acquitta volontiers.

 

On objecte aussi à la date attribuée au document qu'en 1037 Foulque et son fils étaient au plus fort de leurs querelles et ne pouvaient s'entendre pour favoriser les moines. On a remarqué d'ailleurs que deux au moins des témoins de la charte ne vivaient plus en 1037 .

 

Le fait est que Renaud, qui avait eu la mission d'achever l'œuvre de Foulque Nerra, prenait le titre de Renaud de Château-Gontier en 1026, dans une charte du comte dont il était l'un des officiers les plus notables, puisqu'il paraît en tête de tous les témoins.

 

Renaud de Château-Gontier fut un fidèle chevalier de Foulque Nerra qui lui confia la place et la tour de Château-Gontier, tout en retenant prudemment la suzeraineté et la possibilité d'une reprise si la succession légitime du bénéficiaire venait à défaillir. Il avait également un domaine et fief à Angers, que conservèrent ses successeurs. Le comte lui avait donné aussi en bénéfice l'abbaye de Saint-Maurille*, l'une des plus vieilles églises de la ville.

 

Plus tard l'évêque d'Angers, Hubert, désolé de voir cette abbaye de sa ville épiscopale en mains laïques, en obtint la restitution de Renaud, de ses fils et de ses filles, en échange de vignes et d'exemption de vairie* sur ses terres de Morannes*. Foulque Nerra est encore assisté de Renaud de Château-Gontier quand, en 1038, il réorganise l'Abbaye Saint-Nicolas d'Angers*, fondée en 1010.

 

La faveur de Renaud auprès de Geoffroy Martel ne fut pas moins grande dès le commencement de son administration. On en a la preuve dans les nombreuses chartes qu'il signa avec lui. On peut supposer qu'il avait été partisan de sa cause même du vivant de Foulque Nerra. On le trouve comme juge de sa cour et même comme arbitre entre le comte et les moines.

 

Geoffroy apprit au mois d'octobre 1040 la mort de son père survenue à Metz le 21 juin précédent. Aussitôt il confirma les donations du défunt aux abbayes du Ronceray* et de Saint-Nicolas, y ajoutant de nouvelles faveurs, aussi bien qu'à sa propre fondation de Vendôme*, toujours en présence de Renaud de Château-Gontier et de son fils Alard. On ne peut préciser la date de la mort de Renaud, mais elle se trouve entre octobre 1040 et 1046, du temps de la comtesse Agnès. Alard, son fils, paraît seul dans une charte du Ronceray du 14 février 1041.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Renaud Ier de Château-Gontier/ Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire/ Seigneur de Château-Gontier

 

Harold Pied-de-Lièvre (vers 1015-1040)

Régent d'Angleterre en 1035

Roi d'Angleterre de 1037 à 1040

 

Fils de Knut le Grand, roi d'Angleterre et du Danemark*, et de sa concubine AElfgifu de Northampton, il doit son surnom de Pied-de-Lièvre  à sa rapidité et à ses talents de chasseur.

 

En tant que fils de Knut et de son épouse Emma de Normandie, le demi-frère d'Harold, Harthacnut, est l'héritier légitime des deux trônes d'Angleterre et du Danemark. En l'absence de son demi-frère, Harold s'empare du pouvoir effectif en Angleterre en 1035 avec l'appui de Léofric de Mercie. Il est reconnu régent par Harthacnut en 1036.

 

En conflit avec son frère, Harold se proclame roi d'Angleterre en 1037. Son règne est associé à l'aveuglement et la mort d'Alfred, fils d'Emma et d'AEthelred le Malavisé, le 5 février 1036/1037, lorsqu'il revient en Angleterre avec son frère Édouard, peut-être dans le but de s'emparer du trône.

 

Harold ne se marie pas, mais a un fils illégitime, AElfwine, qui devient moine sur le continent. Harold meurt à Londres en 1040, alors que Harthacnut se prépare à envahir l'Angleterre.

 

Il est inhumé à Westminster*, mais son demi-frère fait exhumer son corps et le fait jeter dans un marais de la Tamise*. Son corps est récupéré par des soldats de la garnison danoise et inhumé à nouveau dans leur cimetière

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Mike Ashley, British Kings & Queens, Robinson, Londres 1999 (ISBN 1841190969).

 

Édith de Wessex (vers 1027-1075)

Épouse d'Édouard le Confesseur

 

Elle est principalement connue grâce à la Vita Ædwardi regis* (une biographie de son mari écrite à son instigation).

 

Fille aînée de Godwin, puissant et influent comte de Wessex* et de Gytha Thorkelsdóttir, une noble d'origine scandinave. Elle grandit à Wilton*, dans le Wiltshire* et épouse le roi Édouard le Confesseur le 23 janvier 1045. Leur mariage ne donne naissance à aucun enfant.

 

En 1051, Godwin se brouille avec le roi, qui l'exile du royaume et répudie Édith. Il est possible que son infertilité ait pesé dans cette décision. Selon les sources, il l'enferme à l'abbaye de Wherwell* ou la renvoie à Wilton. Cette séparation n'est que de courte durée : Godwin retrouve les faveurs du roi dès l'année suivante et Édith, sa position de reine.

 

Dans les dernières années du règne d'Édouard, elle intercède en vain en faveur de son frère Tostig, chassé de son comté de Northumbrie* en 1065 par une révolte de ses sujets. Son autre frère Harold préfère négocier avec les rebelles, qui ont gain de cause : Tostig est remplacé par Morcar, le beau-frère de Harold.

 

Le 4 janvier 1066, le roi meurt entouré de la reine Édith, de Stigand, archevêque de Cantorbéry*, de Robert FitzWimarc, un Normand qui lui était proche, et de Harold, qui est appelé à lui succéder. Le rôle qu'elle joue durant le bref règne de Harold est impossible à établir avec certitude, mais les sources normandes la présentent comme favorable à l'avènement de Guillaume le Conquérant.

 

Elle reste une propriétaire terrienne importante après la conquête normande, présente à Wilton, mais surtout à Winchester, où elle meurt le 18 décembre 1075. Elle est inhumée auprès de son mari en l'abbaye de Westminster*. Avant sa mort, elle commande l'écriture de la Vita Ædwardi regis à un auteur inconnu. Ce texte retrace dans sa première partie l'histoire de sa famille, avant de devenir une biographie de son défunt mari.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de Pauline Stafford, Queen Emma and Queen Edith: Queenship and Women's Power in Eleventh-century England, Blackwell Publishers, 1997 (ISBN 0-631-22738-5).

 

 

Voir la période suivante