de 400 à 300 av jc

 

Métrodore de Lampsaque dit l'Ancien: Philosophe grec antique - Eunostos de Soles: Roi de la cité de Soles sur Chypre - Alexis le Comique: Poète comique athénien - Stateira (épouse de Darius): Princesse perse de la dynastie des Achéménides - Tithraustes: Satrape persan de Sardes au début du 4ème siècle av. jc - Anaxarque d'Abdère: Philosophe grec - Teres II: Roi des Odryses de Thrace de 351 à 342 av. jc - Argaios II de Macédoine : Roi usurpateur de Macédoine vers 392 av. jc à 390 av jc - Psammouthis ou Pachéryenmout : Second pharaon de la XXIXème dynastie de 393 à 392 av. jc - Néphéritès 1er : Pharaon - Amatokos II : Roi des Odrysiens dans le milieu de la Thrace de 359 av.jc à 351 av. jc - Nicocréon : Dynaste de Chypre-Roi de Salamine de Chypre de 332 av. jc à 311 av. jc - Timocrates de Rhodes - Antiochis 1ère : Princesse Hellénistique de la dynastie Séleucide - Giscon (général carthaginois) - Bacchidès : Général - Bomilcar : Roi de Carthage - Pnytagoras : Roi de Salamine de Chypre durant l'époque hellénistique - Timophane : Homme politique de la Grèce antique - Hicétas : Astronome et philosophe grec pythagoricien du 4ème siècle av. jc - Lycon de Troade : Philosophe de l'école péripatétique du 3ème siècle av. jc - Alcimos de Sicile : Rhéteur et historien du 3ème siècle av. jc - Évagoras II : Roi de la cité de Salamine à Chypre de 361 à 351 av. jc-Satrape perse de 351 à 349 av. jc-Dynaste de Sidon en Phénicie de 349 à 346 av. jc - Ecphantos : Astronome et philosophe grec pythagoricien du 4ème siècle av. jc - Amyntas d'Héraclée : Mathématicien et philosophe platonicien - Arsamès (fils d'Artaxerxès II) : Prince perse - Théodecte de Phasélis : Orateur et poète tragique du 4ème siècle av. jc - Léodamas d'Acharnes : Orateur attique du 4ème siècle av. jc - Python de Byzance : Orateur et diplomate grec du 4ème siècle av. jc - Aphareus ou Apharée (écrivain) (4ème siècle av. JC) : Tragédien et orateur grec - Hermippe de Smyrne : Auteur grec de la fin du 3ème siècle av. jc - Hégésippe de Sounion : Orateur athénien contemporain de Démosthène, surnommé Toupet - Philon d’Athènes : Ingénieur militaire grec de la fin du 4ème siècle/ début du 3ème siècle av. jc - Érigyios :  Compagnon et général d'Alexandre le Grand - Andronicos d'Olynthe : Général macédonien du temps d'Alexandre le Grand - Phrataphernès : Satrape de Parthie et d'Hyrcanie - Lanicé ou Laniké - Cleitos (compagnon d'Alexandre)  dit Le Noir : Officier de Philippe II et d'Alexandre le Grand - Protéas : Compagnon et amiral d'Alexandre le Grand - Stasanor : Général d'Alexandre le Grand-Satrape d'Arie et de Drangiane puis celui de Bactriane et de Sogdiane - Antigénès (général) ou Antigène : Général de Philippe II et d'Alexandre le Grand - Amyntor (Macédonien) : Noble macédonien ayant vécu au 4ème siècle av. jc - Teutamos ou Teutamus : Officier macédonien - Drypétis ou Drypteis : Princesse perse de la dynastie achéménide - Parysatis (fille d'Artaxerxès III) - Agnodice ou Hagnodice - Artacama : Reine d’Égypte de la période lagide - Pélopidas : Stratège thébain - Cleonimus : Militaire spartiate - Alexandre de Phères: Tyran de la ville de Phères en Thessalie de 369 à 358 av. jc - Marcus AEmilius Paullus (consul en -302) - Marcus Livius Denter : Homme politique romain-Consul en 302 av. jc - Caius Iunius Bubulcus Brutus (consul en  317 av. jc) : Homme politique de la République romaine - Sirrhas ou Sirras - Lucius Papirius Cursor (consul en 326 av. jc) : Homme politique romain - Marcus Valerius Corvus : Homme politique de la République romaine - Antiphane (poète comique) -

 

Titus Manlius Imperiosus Torquatus

Homme politique romain

Consul en 347, 344 et 340 av. jc

Dictateur en 353 et 349 av. jc

 

Il est vraisemblablement le fils du dictateur de 363 av. jc Lucius Manlius Capitolinus Imperiosus qui avait lors d’une épidémie de peste et qui déclara la guerre aux Herniques*, et pour cela, il procéda à des levées rigoureuses parmi la jeunesse romaine, ce qui irrita contre lui tous les tribuns de la plèbe*. En effet, non seulement il condamna à l'amende nombre de récalcitrants, mais aussi aux tortures corporelles. Il abdiqua ensuite de sa magistrature.

 

Les tribuns de la plèbe n'en restèrent pas là, et Marcus Pomponius le mit en procès, l'accusant d'avoir agi avec cruauté envers ses compatriotes, mais aussi, et surtout, envers son fils.

 

Titus, qui avait été relégué au champ parce qu'il s'exprimait mal et lentement, fut affligé qu'on mette en procès son père par sa faute, et dit-on, alla voir sans témoin le tribun de la plèbe, et, le menaçant d'un couteau, le força à prêter serment de retirer sa plainte. Cela plût tellement au peuple, qu'il fut élu en seconde place des 6 tribuns militaires aux légions.

 

En 361 av. jc, Rome est menacée par de nouvelles hordes gauloises. Un dictateur, Titus Quinctius Poenus Capitolinus Crispinus, avait été nommé.

 

Le jeune Titus Manlius vainquit les Gaulois à la surprise générale, gagna le surnom de Torquatus en ramassant et portant le torque du Gaulois vaincu et se vit attribuer une couronne d'or.

 

En 353 av. jc, le Sénat ordonna au consul Marcus Valerius Poplicola de nommer un dictateur pour déclarer la guerre aux Cérites*, et ce fut Titus Manlius, fils de Lucius, qui fut nommé par le consul, les deux consuls faisant déjà face à deux autres peuples, les Volsques* et Tarquinies*. Sur ordre du Sénat et du peuple romain, le dictateur nouvellement élu déclara la guerre à la ville de Caere*, qui soutenait Tarquinies dans sa lutte contre Rome, en recueillant son trésor, et en envoyant des brigands soutenir des pillages en territoire romain.

 

Rome est en paix sous son premier consulat en 347 av. jc, sans levée de troupes ni imposition. Il fut décidé un abaissement des intérêts de 1/12 à 1/24 par mois, ce qui permettait de payer ses dettes en quatre fois, sur trois années.

 

En 340 av. jc, Rome dominait la Ligue latine. Elle reçut une délégation des États membres menée par le préteur* latin Lucius Annius de Setia, qui exigeaient un statut égal à Rome, avec des sénateurs et un consul latins, ce qui fut refusé par le Sénat romain, par la voix du consul Manlius. Annius aurait blasphémé Jupiter et fut tué.

 

La guerre entre romains et latins fut votée par le Sénat romain. Manlius et son co-consul, Publius Decius Mus, décidèrent que les vieilles disciplines militaires seraient rétablies, et que toute désobéissance serait passible de la peine de mort. Il était notamment interdit à chaque soldat d'attaquer l'ennemi hors des rangs.

 

Le fils de Manlius, en quête de gloire, et provoqué par un Latin, alla à l'encontre de la règle établie par les consuls, défit son adversaire, et revint au camp victorieux avec la dépouille de son ennemi. Manlius se détourna de son fils, convoqua l'armée, et ordonna aux licteurs d'attacher son fils au poteau et de l'exécuter, pour avoir enfreint les règles consulaires et désobéi au père. Les soldats prirent le corps du défunt, et lui firent de dignes funérailles.

 

Après que Publius Decius Mus se fut sacrifié pour la victoire à la bataille Veseris*, au pied du Vésuve*, Manlius écrasa les alliés latins et les poursuivit en Campanie*, où il les vainquit définitivement à la bataille de Trifanum*.

 

Il refusa un nouveau consulat pour la raison qu'il ne pourrait supporter les vices du peuple, et que le peuple ne pourrait supporter sa sévérité.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Titus Manlius Imperiosus Torquatus/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine/ Dictateur (Rome antique)

 

Lucius Aemilius Mamercinus Privernas

Homme politique de la République romaine du 4ème siècle av.

Deux fois consul et deux fois dictateur

Maître de cavalerie en 342 av. jc

 

Il est membre des Aemilii Mamercini*(branche de l'illustre gens patricienne des Aemilii).

 

Durant l'hiver 343-342, les troupes romaines stationnées à Capoue* projettent de se mutiner et d'enlever la ville aux Campaniens. La conspiration est éventée par les consuls de 342 av. jc qui profitent de la saison de campagne pour renvoyer et disperser les soldats concernés. Dans la crainte de représailles, les soldats démobilisés se regroupent et se retranchent sur les pentes du mont Albain*. Ils désignent contre son gré Titus Quinctius comme général et marchent vers Rome.

 

Le Sénat désigne Marcus Valerius Corvus comme dictateur* pour résoudre cette crise. Il prend Lucius Aemilius Mamercinus comme maître de cavalerie*. Alors que les soldats mutinés s'approchent de Rome, Corvus et Mamercinus se portent à leur rencontre à la tête d'une armée mais fort de sa popularité auprès des soldats, le dictateur tente d'abord de négocier avec les rebelles afin de trouver une issue diplomatique à cette crise interne. Tite-Live prête à Corvus un discours d'apaisement et de réconciliation. Le dictateur obtient du Sénat que les soldats mutinés soient amnistiés.

 

Lors de son premier consulat en 341 av. jc, il opère dans le Samnium* et reçoit des ambassadeurs samnites qui implorent la paix. Après que le Sénat romain a accepté les conditions de paix, il quitte le Samnium, ayant obtenu pour ses troupes un an de solde et 3 mois d’approvisionnement, livré par les Samnites.

 

En 335 av. jc, les consuls Marcus Atilius Regulus Calenus et Marcus Valerius Corvus qui doivent partir en guerre le nomment dictateur, afin qu’il réunisse à Rome les comices centuriates et assure l’élection des consuls de l’année suivante.

 

Lors de son second consulat en 329 av. jc, il doit faire face dès son entrée en fonction en juillet à la menace d’un raid mené par les Gaulois. Il lève une armée en mobilisant jusqu’aux artisans de Rome.

 

Après quelques jours d’inquiétude, la menace s’éloigne. Lucius Aemilius joint donc ses troupes à celles de son collègue Caius Plautius Decianus qui assiège la cité de Privernum*, proche du pays samnite. Les Privernates offrent leur soumission, leur chef de guerre Vitruvius Vaccus est exécuté.

 

D'après un dialogue restitué par Tite-Live, Lucius Aemilius joue les modérateurs dans les négociations entre le Sénat romain et les délégués de Privernum, si bien que Privernum obtient une paix équilibrée et le droit de cité.

 

En 326 av. jc, le dictateur Marcus Claudius Marcellus n’a pas pu réunir les comices centuriates* pour l’élection des consuls. Il faut recourir aux interrois*, Lucius Aemilius, quatorzième interroi de cette série, procède aux élections.

 

En 316 av. jc, il est nommé dictateur par les consuls en fin d’exercice et reprend la guerre contre les Samnites en partant assiéger Saticula*. Il tient face à une armée de secours samnite qui tente de débloquer la cité tandis que les assiégés effectuent une sortie. Il parvient à repousser l’armée de secours et poursuit le siège, sans toutefois prendre la ville

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Lucius Aemilius Mamercinus Privernas/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine/ Dictateur (Rome antique)

 

Titus Quinctius Poenus Capitolinus Crispinus

Homme politique de la République romaine

 

En 361 av. jc, il est dictateur*. Il bat les Gaulois, et obtient un triomphe.

 

En 360 av. jc, il est maître de cavalerie*. En 354 av. jc et 351 av.jc, il est consul.

 

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Titus Quinctius Poenus Capitolinus Crispinus/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine/ Dictateur (Rome antique)/ Maître de cavalerie

 

Voir période suivante