Afficher le livre d´or

Dhuoda - Guillaume de Gellone ou Guillaume d'Aquitaine dit Saint Guilhem - Leuthard 1er de Paris - Hugues III ou Hugo - Waldrade - Anségise de Sens - Gisèle ou Gisela - Henri de Babenberg - Bruno de Saxe - Évrard de Frioul ou Eberhard - Léopold de Carinthie et de Bavière - Gebhard de Lahngau - Udo -

 

 

Dhuoda (morte vers 843)

 

D’origine aristocratique, elle épousa Bernard, duc de Septimanie le 29 juin 824 dans la chapelle du palais d'Aix-la-Chapelle. Le 29 novembre 826, elle mit au monde un fils qui reçut le nom de Guillaume. La mère et l'enfant durent alors suivre Bernard dans ses nombreux déplacements que les bouleversements du royaume imposaient. Plus tard, elle s'installa à Uzès. Le 22 mars 841 naissait un second fils, Bernard.

Quand elle entreprit de rédiger un traité d'éducation destiné à son fils aîné, Guillaume, elle était privée de ses 2 fils, Guillaume était peut-être retenu comme otage par Charles II le Chauve et le cadet était chez son père en Aquitaine.

Son traité d'éducation, le premier connu pour le Moyen Âge, fut écrit en latin, à Uzès, de 841 à 843. C'est un manuel de morale chrétienne en 73 chapitres.

 

Guillaume de Gellone ou Guillaume d'Aquitaine dit Saint Guilhem (vers 752-vers 814)

Comte de Toulouse, duc d'Aquitaine et marquis de Septimanie

 

Petit-fils de Charles Martel par sa mère Aude et fils de Thierry 1er, comte d'Autun et de Madrie. Il succède en 790 au comte de Toulouse Chorson qui a été enlevé par les Basques en 787.

Il tient tête aux Basques, puis résiste aux incursions maures mais il est vaincu en 793 sur les rives de l'Orbieu près de Narbonne. Sa résistance opiniâtre pousse cependant les Maures à se retirer. Par la suite, il reprend l'offensive, fait la conquête d’une marche d'Espagne dont il devient comte, et prend Barcelone en 801.

Ayant retrouvé son ancien ami d'enfance Saint Benoît à l'abbaye Saint-Sauveur d'Aniane, il décide de fonder en 804 l'abbaye dite de Gellone à Saint-Guilhem-le-Désert, suivant la règle bénédictine. C'est dans cette abbaye qu'en 806 il se retire à la tête d'une migration de moines.

Il fut marié en premières noces avec Cunégonde et avec Guibourg en secondes noces. Il fut canonisé en 1066, sous le nom de saint Guilhem.

 

Leuthard 1er de Paris (mort vers 814)

Comte de Paris, comte de Fézensac

 

Fils du comte Gérard 1er de Paris et de Rotrude . Il a pour frères les comtes Étienne de Paris et Bégon de Paris.

Vers 781, il est envoyé par Charlemagne au duché d'Aquitaine où il demeure dans l'entourage proche de Louis le Pieux, roi d'Aquitaine puis empereur d'Occident.

Il épouse Grimeut ou Grimhilde. En 801, il participe à la prise de Barcelone et reçoit le comté de Fézensac du duché d'Aquitaine dont il devient le premier comte. En 809, il est du siège de Tortosa. Son fils Girart de Roussillon lui succède comme comte de Paris.

 

Hugues III ou Hugo (vers 765-837)

Comte de Tours

Duc de la Haute Alsace

 

Fils de Luitfrid II de Sundgau, il fait partie de la famille des Etichonides. En 811, il est nommé par Charlemagne ambassadeur de Constantinople, charge qu'il conserve jusqu'en février 828 quand il est destitué de cette fonction par Louis le Pieux pour avoir tardé à porter secours à Bernard de Septimanie qui combattait les Sarrazins commandés par Abou Marvan au sud de l'Aquitaine. Avec le comte Matfrid ou Mainfroi d'Orléans ils furent sévèrement réprimandés par Louis le Pieux qui les destitua de leur titre.

Il maria sa fille Ermengarde de Tours à Lothaire 1er le 15 octobre 821. La cérémonie de mariage se déroula à Diedenhofen* (aujourd'hui Thionville) en présence des plus hautes personnalités de l'époque dont l'évêque de Strasbourg, Adeloch et 31 autres prélats.

En juin 833, Louis le Pieux est fait prisonnier par ses propres fils au Champ du Mensonge, près de Colmar à la suite d'une révolte fomentée par Lothaire 1er.

En 835, Louis le Pieux est remis sur son trône et vint à Thionville pour tenir la diète convoquée pour le mois de février. Lothaire 1er, après avoir continué quelque temps sa révolte, se rend à l'invitation de son père avec le comte Hugues qui le soutient.

Lothaire 1er est obligé de s'exiler en Italie avec Hugues qui y mourut le 20 octobre 837 de la peste. Peu avant sa mort avec son frère Leuthard ils donneront des terres situées à Echéry au Petit Rombach secteur de Sainte Croix-aux-Mines à Ermengarde qui y construira en 836 un petit sanctuaire qui deviendra une centaine d'années après un prieuré bénédictin dirigé par un moine de l'abbaye de Gorze du nom de Blidulphe. Hugues fut aussi le bienfaiteur de l'abbaye Sainte-Marie de Niedermunster à Saint-Nabor près du Mont Sainte-Odile en Basse Alsace. Avant son décès il légua ses biens à la chapelle Saint Jean-Baptiste de Monza.

 

Waldrade

 

Aristocrate carolingienne, maîtresse de Lothaire II de Lotharingie. Elle était la sœur de Gontier, archevêque de Cologne. Elle gagna par sa beauté le cœur de Lothaire II, qui, pour l'épouser, répudia sa femme Teutberge grâce à des évêques complaisants. Les oncles de Teutberge firent appel au pape Nicolas 1er, qui refusa de reconnaître le mariage et excommunia Waldrade en 866, forçant ainsi Lothaire à quitter Waldrade pour reprendre Teutberge.

 

Anségise de Sens (mort en 879)

 

Moine bénédictin, abbé du monastère Saint-Michel, à Beauvais, puis archevêque de Sens de 871 à sa mort.

Après que Charles le Chauve soit couronné empereur par le pape Jean VIII, en 875, le nouvel empereur demande au pape de nommer Anségise comme légat pontifical et primat des Gaules et de Germanie. Avec un légat pontifical de nationalité française, disposé à soutenir l'empereur, Charles le Chauve espère étendre son influence sur ces pays. Le pape accède au souhait de Charles, mais quand les évêques, assemblés au synode de Ponthion, sont consultés à propos de la primatie pour Anségise, ils protestent contre ce qu'ils considèrent comme un empiètement de leurs droits, et particulièrement Hincmar, l'archevêque de Reims. Bien qu'Anségise ait conservé ce titre, il paraît douteux qu'il ait réellement exercé les pouvoirs de primat sur la France et la Germanie. Cette primatie est d'ailleurs plus honorifique que dotée d'un réel pouvoir. Les successeurs d'Anségise conserveront ce titre de primat. Il meurt le 25 novembre 879.

 

Gisèle ou Gisela (vers 819/822 -après 874)

 

Fille de l'empereur Louis le Pieux et de Judith de Bavière. Son père lui donne en 836 le domaine royal d'Annapes. Elle épouse, probablement vers 836, Eberhard, marquis de Frioul, avec lequel elle eut 10 enfants. Évrard et Gisèle fondent l'abbaye de Cysoing.

 

Henri de Babenberg

Marquis de Neustrie

 

Noble franc de la famille des Popponides, installé en Francie orientale. Il vivait dans l'entourage de l'empereur Charles III le Gros, qui reconstitua l'Empire de Charlemagne sous son autorité en 885, de sorte qu'à la mort de Ragenold, marquis de Neustrie, ce fut à lui que l'empereur confia la marche devenue vacante, à charge pour ce dernier de la défendre contre les incursions normandes. À l'époque, il y avait 2 marches de Neustrie, l'une bordant la Normandie, l'autre la Bretagne. C'est la première qu’il se vit confier.

En 886, il se porta au secours de Paris assiégée par les Normands, mais fut malheureusement tué lors des combats, Charles le Gros se retira, laissant les Vikings piller la Bourgogne, et Paris ne fut sauvée que par la défense organisée par l'évêque Gauzlin, et où s'illustra le comte Eudes.

 

Bruno de Saxe (mort en 880)

Duc de Saxe de 866 à sa mort

 

Fils aîné du duc Liudolf de Saxe, fondateur de la dynastie des Ludolphides et d'Oda, de la maison des Billung.

Il meurt avec plusieurs autres seigneurs saxons, dont 2 évêques et une douzaine de comtes, dans une bataille contre les Vikings, le 2 février 880, près d'Ebstorf.

Son frère Othon lui succède et remporte de grandes victoires sur les Scandinaves, les Slaves et les Hongrois.

 

Évrard de Frioul ou Eberhard (vers 805/810-866)

Marquis de Frioul en février 828

 

Fils d'Unroch, comte de Ternois issu de la famille des Unrochides, et de Engeltrude. Étant parvenu à repousser une invasion de Bulgares, le coempereur Lothaire 1er lui donne en récompense la marche de Frioul qu'il défend contre les incursions venues de l'est et en fait un des territoires les plus importants de l'Italie.

Il épouse vers 836 Gisèle, fille de l'empereur Louis le Pieux. En 836, Louis le Pieux donne le domaine royal d'Annapes à sa fille Gisèle.

Évrard et Gisèle fondent l'abbaye Saint-Calixte de Cysoing, près de Lille. Rédige son testament en 865 en son palais de Musestre sur le Sile, dans le comté de Trévise. Il meurt le 16 décembre 866

 

Léopold de Carinthie et de Bavière (mort en 846)

Comte de Carinthie et de Bavière

 

Grand-père de Léopold de Bavière, il fut la première personnalité connue de la dynastie des Luitpoldinger.

 

Gebhard de Lahngau (mort en 910)

Comte de Wetterau

Duc en Lotharingie

 

Il était le fils d'Udo, et le frère de Conrad l'Ancien. Il devient comte de Wetterau et de Rheingau. En 903, le roi de Germanie, Louis IV l'Enfant, lui confie le gouvernement de la Lotharingie, et lui accorde le titre de duc. Il épousa Hida ou Ida.

 

Udo

 

Noble carolingien installé en Francie orientale. Fils de Gebhard, comte de Lahngau. Avec ses frères Bérenger et l'abbé Waldo, il prit part en 861 à la révolte de Carloman contre son père, mais les conjurés furent vaincus, et les frères durent s'enfuir avec Adalard le Sénéchal en Francie Occidentale, à la cour du roi Charles le Chauve. Celui-ci leur confia alors la marche de Neustrie pour la défendre contre les Normands, centrée sur Le Mans et sa région. Mais cette faveur suscita la jalousie des Rorgonides, puissamment implantés dans le Maine, qui se révoltèrent et se rallièrent à Salomon de Bretagne. Afin de ramener la paix, Charles le Chauve retira la marche de Neustrie à Alard et ses cousins pour le donner au rorgonide Gauzfrid.

 

Voir la suite

Retour page d'accueil