Afficher le livre d´or

Saint Césaire d´Arles - Maurice Flavius Mauricius Tiberius - Flavius Petrus Sabbatius Justinianus dit Justinien 1er - Saint Colomban - Clotaire 1er dit le Vieux - Narsès -

 

 

Saint Césaire d´Arles (470-543)

Évêque

Né probablement vers 470 à Chalon-sur-Saône, il fut admis à 18 ans dans le clergé de Chalon puis se retira dans le monastère de Lérins où il y fut reçu comme novice par l'abbé Pomère A Lérins il a sûrement acquis l'essentiel de sa culture basée sur les livres saints et les Pères de l'Église. Mais bientôt sa santé sera compromise. Il fut envoyé à Arles pour se rétablir.

L'évêque Eone, son parent, l'agrège à son clergé, l'ordonne diacre puis prêtre. Il l'envoie comme Abbé pour rétablir l'ordre dans un monastère d'hommes à Trinquetaille en 499.

En 503 Sur les recommandations d'Eone, il est élu pour lui succéder. En 506, il préside le concile d'Agde. Lors du siège d'Arles par les Francs et les Burgondes, en 507, il fut trahi par un jeune clerc, arrêté puis relâché. Il fut le premier à fonder un monastère de femmes en Gaule en 512. La règle qu´il leur donna la Regula sanctarum uirginumfut celle que suivirent toutes les fondations semblables jusqu´au 7ème siècle. Il y place comme abbesse sa soeur Césarie qui a séjourné quelques temps à l'abbaye féminine proche de St Victor de Marseille. Ce monastère connut un vif succès, et sous le nom de monastère St Césaire se perpétua jusqu'à la Révolution.

Il écrira une règle monastique très précise, Regula ad monachos, qu'il aura l'occasion de modifier en fonction de l'expérience. Il en avait écrit une autre plus succincte pour les moines de Trinquetaille. Il insistera sur l'importance de la vie spirituelle des prêtres qu'il invitera à chanter l'Office Divin en commun. Avant d'ordonner des prêtres il exigera qu'ils aient lu 4 fois la Bible.

En 513 il est cité à comparaître à Ravenne devant Théodoric. Une fois de plus il est reconnu innocent. Ces épreuves ne l'empêcheront nullement d'accomplir sa Tâche. Progressivement la juridiction de Césaire va s'étendre de plus en plus. A son retour de Ravenne il s'est arrêté à Rome où le Pape Symmaque après lui avoir accordé le pallium, signe des archevêques, le confirma dans ses privilèges de métropolitain et dans sa charge de vicaire du Saint Siège pour l'Espagne et les Gaules. Il organisa les paroisses et établit que les prêtres pourront prêcher, alors que selon l'usage de l'époque seul l'évêque le faisait. La prédication restera le souci permanent de Césaire. Il visite également les paroisses. Au concile de Vaison il obtient qu'un canon soit ajouté concernant la formation du clergé de Gaule. Auprès d'eux, les prêtres logeront de jeunes lecteurs qui recevront une formation au terme de laquelle ils pourront choisir soit le mariage soit d'entrer dans les ordres. Il gardera toujours le souci des pauvres. Pour les secourir il alla jusqu'à vendre ses biens et même, les ornements d'église. Lors de sa comparution à Ravenne, apprenant qu'une partie de la population d'Orange était captive, il parvint à les racheter.

Durant son épiscopat, il eut à faire avec les Wisigoths, les Ostrogoths et enfin avec les Francs. Son éloquence, son courage, et sa connaissance approfondie de Saint Augustin firent qu´il acquit un grand prestige auprès des évêques de Gaule et d´Espagne.

Il mourut en Arles probablement le 27 août 543. Il laissa l'image d'un de ces hommes qui ont su trouver les voies de l'évangélisation dans le contexte de ces temps barbares. Un homme au regard neuf qui fut plus apôtre que prélat, seulement soucieux de transmettre l'héritage chrétien.

 

Flavius Petrus Sabbatius Justinianus dit Justinien 1er  (483 -565)

Empereur d'Orient (527-565)

Justinien est né en Illyrie le 11 mai, 483. Il fut adopté par son oncle Justin 1er, qui devint empereur en 518 et qui en fit son principal conseiller. En 523 Justinien se maria avec Théodora, une ancienne actrice issue des basses classes qui eut beaucoup d'influence dans l'empire. Justinien devint empereur le 4 avril 527 après en avoir assumé le rôle effectif pendant le règne de Justin.

Il entreprit, peu après son accession au trône, de restaurer la puissance romaine et l'autorité impériale. Il fut aidé par son épouse. Grâce à ses généraux Bélisaire et Narsès, l'Afrique du Nord fut reconquise sur les Vandales, les Ostrogoths furent chassés d'Italie et les Wisigoths d'Andalousie. Mais la menace des Perses continuait à peser sur l'Empire et Justinien n'obtint finalement la paix qu'en acceptant de leur payer tribut en 562. À l'intérieur, le pouvoir impérial fut sans cesse exposé à des mouvements populaires et à des complots de palais. Son œuvre magistrale reste d'ordre juridique (Code Justinien). En matière religieuse, Justinien persécuta les juifs et les païens, inscrivant dans son droit le Christianisme comme religion d'État. Il interdit la langue hébraïque, et en 529 il mit fin à l'Académie de Platon à Athènes, alors présidée par Damase et interdit l'adoration des dieux païens. Justinien persécuta les monophysites sans parvenir à mettre fin à la crise religieuse. La doctrine définie par le Concile de Nicée s'imposa par la force.

Grand bâtisseur, il fit édifier notamment Sainte-Sophie à Constantinople, Saint-Vital et Saint-Apollinaire-le-Neuf à Ravenne.

Justinien meurt le 15 novembre 565. Il désigna pour successeur son neveu Justin.

 

Maurice Flavius Mauricius Tiberius dit Maurice 1er (540-602)

Empereur byzantin (582-602)

Il succéda à Tibère II Constantin qui en 4 années de règne avait diminué les impôts de 25 % et par prodigalité avait mis l'empire dans une situation économique difficile.

Juste après son accession au trône le 14 août 582, il réussit à interférer dans les guerres de succession perses et occupa l'Arménie. Il aida à placer sur le trône perse le plus grand de ses rois, Chosroès II, qui allait être le farouche adversaire du futur basileus Héraclius. Mais au même moment, ses provinces des Balkans étaient ravagées par les Slaves : elles ne purent jamais vraiment s'en remettre. Il entretenait des rapports difficiles avec le pape Grégoire 1er, qui lui reprochait son césaropapisme.

Les Slaves pénétrèrent jusqu'au Péloponnèse et de nombreuses campagnes brillantes, quoique coûteuses, durent être dirigées contre eux. À l'Ouest, il organisa les possessions byzantines, menacés en Afrique et en Italie, en exarchats dirigés par des gouverneurs militaires.

Il se montra, parcimonieux à l'excès et pour des raisons économiques, il ordonna à ses armées de camper en territoire hostile par delà le Danube. Elles se choisirent comme représentant Phocas, un centurion, qui aspirait au pouvoir suprême le 23 novembre 602. Maurice s'enfuit en Chalcédoine et envoya son fils aîné Théodose demander de l'aide chez le roi sassanide. Rattrapé par les hommes de Phocas, proclamé Auguste et roi des romains, il assista à l'assassinat de ses cinq derniers fils puis fut exécuté le 27 novembre 602).

Maurice avait épousé Constantina la fille de son prédécesseur Tibère II Constantin

Son règne fut marqué par le rétablissement des finances de l'empire et l'annexion de l'Arménie au détriment de l'empire perse, mais aussi par la progression des envahisseurs slaves dans les Balkans et jusqu'en Grèce continentale. Il est également connu pour être l'auteur de l'un des plus grands classiques de la pensée militaire, le Strategikon.

Son règne fut troublé par des guerres incessantes sur toutes les frontières. Malgré ses très bonnes dispositions à gouverner, il ne put que provisoirement prévenir la désintégration du grand empire de Justinien.

 

 

Saint Colomban (540-615)

 

Né en Irlande, vers 540, formé à Bangor* par le rude Saint Gomball, il emmena en 590 une douzaine de moines à sa suite pour aller évangéliser la Meuse et les bords du Rhin. Il se fixa ensuite à Luxeuil* et y fonda une abbaye qui compta bientôt plus de 300 moines. Il fonda aussi un autre monastère à Fontaines, à 6 Km de Luxeuil. Dans ces 2 monastères, la règle était très rude, silence, jeûne, abstinence et obéissance absolue.

Saint Colomban se heurtera à la reine Brunehaut, la veuve de Sigebert 1er , qui gouvernait pendant les règnes de son fils Childebert II et de ses petits-fils Thierry II et Théodebert II. Il critiqua la façon de vivre de Thierry II, l'incitant à prendre une femme plutôt que des concubines qui lui donnaient des bâtards. Chassé en 608 par Thierry II, roi d'Austrasie, il se réfugia à Bregenz, au bord du lac de Constance, puis à Bobbio, en Italie, sur la Trébie, affluent du Pô, où il mourut en 615.

 

Clotaire 1er dit le Vieux (497-561)

Roi d'Austrasie de 555 à 561, roi de Neustrie de 511 à 561, roi d'Orléans de 524 à 561, roi de Paris et de Bourgogne de 558 à 561 et Co-roi de Burgondie avec son frère Childebert de 534 à 558

Il était le 4ème fils de Clovis et de Clotilde. À la mort de son père, en 511, il partagea le royaume des Francs, le Regnum Francorum, avec ses 3 frères, Thierry 1er, Clodomir 1er et Childebert 1er. Alors que Thierry, l'aîné, est largement avantagé, Clotaire partagea la moitié du royaume de Clovis avec ses 2 autres frères. C'est la Neustrie qui lui échoit.

En 517, il épousa Ingonde. En 523-524, à l'instigation de Clotilde, Clotaire et ses 3 frères se joignirent à l’expédition contre les Burgondes.

À la mort de Clodomir, le 25 juin 524 à la bataille de Vézeronce, il épousa sa veuve, Gondioque, mais cela ne suffit pas pour obtenir le territoire de son défunt frère. La loi salique imposant le partage du royaume entre les fils de Clodomir. Pour éviter cela, il s'allia à Childebert pour organiser l'assassinat des 3 jeunes héritiers en 532. 2 furent tués, et le dernier, Clodoald, d'abord caché par des partisans fidèles, renonça à sa part, et choisit la vie monastique. Clotaire et Childebert pouvaient alors librement se partager le territoire de leur frère.

En 538, il épousa Radegonde. Mais celle-ci préféra se retirer dans un couvent, plutôt que de vivre à ses côtés. Elle fonda l'abbaye Sainte-Croix, premier monastère de femmes d'Europe, à Poitiers. Elle fut ensuite canonisée sainte Radegonde.

Ingonde lui ayant demandé de trouver un mari à sa sœur Arnegonde, digne de sa haute lignée, le roi ne trouva finalement pas meilleur prétendant que lui-même, et décida aussi d'épouser la seconde des sœurs. Il les força à vivre ensemble jusqu'au décès d'Ingonde vers 546.

Il épousa encore Chunsina, puis Vulderade en 555, veuve de Thedebald, roi d'Austrasie.

Les décès de Theobald et de Childebert, mort sans descendance en 558, permirent ainsi à Clotaire de réunifier à nouveau le Regnum Francorum de son père Clovis.

Son fils Chramne lui causa bien des problèmes, poussé par son oncle Childebert, il complota 2 fois de suite contre son père. Clotaire lui accorda une première fois son pardon, mais Chramne récidiva en 560. Cette fois, Clotaire fut bien décidé à en finir. Chramne se réfugia en Bretagne, auprès du comte Conomor, dont les troupes ne pouvaient résister à l'armée de Clotaire. Celui-ci fut vaincu et tué, Chramne fut capturé, et étranglé. Sur ordre de Clotaire, sa dépouille fut enfermée, avec toute sa famille, dans une cabane à laquelle on mit le feu.

Son règne fut marqué par plusieurs campagnes militaires, la guerre contre les Burgondes de 523 à 526, la campagne de Thuringe en 530, l'invasion de la Burgondie en 534 en compagnie de son frère Childebert, la tentative échouée d'invasion de l'Hispanie wisigothique en 542.

À la fin de son règne, le royaume franc était à son apogée, couvrant toute la Gaule à l'exception de la Septimanie et une partie de l'Allemagne actuelle. Il meurt en 561 à Compiègne, à l'âge de 64 ans, laissant son royaume à ses 4 fils, qui se partagèrent l'héritage par tirage au sort

 

Narsès

Général byzantin

 

Immigré arménien, il devint le chambellan de l'empereur Justinien et le favori de l'impératrice Théodora, puis son trésorier. Il contribua à l’échec de la sédition Nika en 532.

Son premier rôle politique connu fut les négociations qu'il entama, avec succès, avec les rebelles de la faction bleue dont il acheta les chefs, lors de la sédition Nika. Devenu l'homme de confiance de Justinien il fut envoyé en Italie afin de seconder et surveiller Bélisaire dont l'empereur se méfiait. Ses querelles avec ce dernier, l’obligèrent à rentrer à Constantinople en 539, mais il finit par obtenir le rappel de son rival et cette semi disgrâce durera jusqu'en 552 quand il fut chargé, à 74 ans, du commandement des armées byzantines en Italie. Il s’y montra aussi brillant comme chef que comme administrateur, remporta 2 victoires décisives sur Totila, roi des Ostrogothes en 552-553, s’empara de Naples, battit les Alamans à Capoue en 554 et resta le maître de l’Italie en 555, où il réorganisa la vie politique et releva les villes, mais s’enrichit par toutes sortes d’exactions fiscales. En 565 la mort de Justinien marque la fin de sa carrière, il fut destitué par Justin II en 567.

 

Voir la suite

retour page d'accueil